mardi 23 juin 2015

Ranma 1/2 3

Ranma 1/2 3 L'épreuve de force
De Rumiko Takahashi
Traduction de Kiyoko Chappe
Édité chez Glénat
en juin 1994
I.S.B.N. 2-87695-231-9


Encore une fois, un tome très sympa, c'est léger, très rythmé, un peu bête comme il faut, j'aime vraiment beaucoup et me demande pourquoi je ne découvre cette série papier qu'à 31 ans.

Salem

Le Maine, 1970. Ben Mears revient à Salem et s'installe à Marsten House, inhabitée depuis la mort tragique de ses propriétaires, vingt-cinq ans auparavant. Mais, très vite, il doit se rendre à l'évidence : il se passe des choses étranges dans cette petite bourgade. Un chie est immolé, un enfant disparaît, et l'horreur s'infiltre, se répand, aussi inéluctable que la nuit qui descend sur Salem.

Salem
De Stephen King
Traduction de Christiane Thiollier, Joan Bernard et Dominique Defert
Édité chez Le Livre de Poche
en juin 2009
I.S.B.N. 978-2-253-12499-3


J'avais lu du Stephen King il y a de cela pas mal d'années, et je n'avais pas du tout aimé. Ce genre ne me parle pas, je n'aime pas trop ces pseudo-épouvanteries, ça ne me fait aucun effet autre que l'ennui. Mais à ma grande surprise, et alors que j'y allais à reculons, ce bouquin m'a plu. L'histoire est assez bonne, l'écriture n'est pas des plus efficaces, mais reste pas mal. Une chose cela dit me gêne. Les scènes coupées. Quel est l'intérêt, surtout dans un bouquin de 800 pages avec déjà ses quelques longueurs, de rajouter des scènes coupées? Quel est l'intérêt? Je n'en vois aucun, surtout qu'elles n'apportent rien, c'est vraiment pour faire plus de pages, mais dans ces cas là, pourquoi ne pas les avoir laissées dans l'histoire? Une interrogation qui ne mérite pas forcément de réponse mais qui m'autorise (je crois) à qualifier l'éditeur de rigolo.

Marmalade boy 2

Marmalade boy 2
De Wataru Yoshizumi
Traduction de Sylvie Siffointe
Édité chez Glénat
en janvier 2001
I.S.B.N. 2-7234-3754-X


Ce doit être quelque chose qui se passe vraiment chez les filles, des sentiments, impressions, idées que je ne comprends définitivement pas. Je ne comprends pas non plus comment on peut lire ça et avoir envie de connaître la suite. Heureusement que je connais ma moitié, parce que ce genre de lecture donne à réfléchir sur la condition mentale féminine. Je n'aime pas du tout.