jeudi 15 mai 2014

Atomic Robo

Atomic Robo
Writers: Brian Clevinger, Jay Fosgitt and Scott Chitwood
Art: Scoot Wegener, Jay Fosgitt and Danny Luckert
Colors: Anthony Clark and Ivan Plascencia
Published by Red 5 Comics
on march 2014
E.A.N. 8-11316-01062-7


First story is all right. Not really great but it deserves to go further, the characters are cool, the story could be fun, the drawings are great. Second story is a bit less cool. The drawings are really great but the story is so boring. And the last one is a shame for emokids. In the end, that's not a real good comic-book, I don't like it. 

Teen Titans go! 1

Teen Titans go! 1
Written by Sholly Fisch and Merril Hagan
Art by Ben Bates and Jorge Corona
Color by Jeremy Lawson
Published by DC Comics
on june 2014
E.A.N. 7-61941-32236-0


That’s a cool comic-book. I like Teen Titans and there, there is everything I like, funny stories, a bit stupid, and super cool drawings. I like that very much.

Psychanalyse du héros de Francobelgie

Dans ce livre, on soigne... un premier ministre perse, un patricien et un esclave, un reporter golfeur, un druide à gros nez, une blonde à peu bleue, un lieutenant de cavalerie, un cocker pur race, un bourgeois sentencieux, un détective privé du futur, un super-héros bien de chez nous, un pasteur new-yorkais, un rêveur pieds nus, un groom à rongeur, une hôtesse de l’air, une fidèle monture et un jeune à béret.

Psychanalyse du héros de Francobelgie
Scénario de Wandrille
Dessin de Turalo
Édité chez Vraoum
en octobre 2013
I.S.B.N. 978-2-36535-044-0


Il y en a un que je ne reconnais pas, du coup, j’ai un peu les boules, pour les autres, c’est toujours aussi efficace et drôle, j’aime énormément cette série, c’est court, très vite lu, mais c’est du tellement bon détournement. J’adore. Bravo.

Creepshow

Creepshow
Scénario de Stephen King
Dessin et couleurs de Bernie Wrightson
Traduction de Nicolas Meylaender
Édité chez Soleil
en février 2011
I.S.B.N. 978-2-30201-571-5


Les histoires sont très sympas, pas mal écrites, mais c’est hyper vieux. Dans l’écriture et surtout dans le dessin. C’est dépassé de bien 30 ans. Le dessin est moche et super statique. C’est sympa à lire, divertissant tout ça, tout ça, mais bon.

Bridget Jones l’âge 2 raison

Bridget Jones a fini par rencontrer l’homme idéal en la personne de Mark Darcy. Mais l’apparente dévotion de ce dernier ne suffit pas à calmer les angoisses chroniques de la jeune trentenaire. D’abord parce qu’il y a Rebecca, abominablement jeune et horriblement séduisante, qui rôde. Ensuite parce que Daniel, prédateur irrésistible, n’est jamais très loin non plus... Ajoutez à cela les conseils douteux prodigués par l’entourage de Bridget et vous aurez une idée assez précise de la catastrophe qui s’annonce...

Bridget Jones l’âge 2 raison
Un film de Beeban Kidron
Avec Renée Zellweger, Colin Firth et Hugh Grant
Musique de Harry Gregson-Williams
Sortie novembre 2004
1h44min


Bon, bon, bon, comment dire ça sans choquer tout le public féminin? Je ne suis pas une fille, vous l’aurez sans doute remarqué si vous suivez un peu ce blog, ou si vous me connaissez. Les films de fille, je ne suis pas forcément contre, pas que j’y trouve un grand intérêt mais je suis à peu près ouvert à tout genre de navet, je comprends que ce film puisse être divertissant, que le fait que l’héroïne soit grosse et moche permette à la plupart des filles pas sûres d’elles de s’identifier plus facilement sans complexer. Mais voyons les choses en face, je regarde ce film, et, déjà que je ne l’aimais pas des masses à la base, je me trouve à ne pas aimer du tout ce personnage bouffi, complètement demeuré et affreusement gauche. Et tout le film repose sur ça. Il n’y a pas d’histoire, seulement une suite de bourdes pas drôles, pas crédibles et un brin lourdingue. Le tout en 1 heure et 44 minutes... C’est long. Même quand on saute un chapitre parce qu’il bug. Quelle horreur pour un garçon, même si je ne suis pas un modèle de virilité machiste. 

Watchmen

Douze minutes avant minuit sur l’horloge de l’apocalypse nucléaire. Vendredi soir, le Comédien, agent numéro un du gouvernement américain depuis quarante ans, est mort à New-York. Qui a assassiné cet ancien membre des Gardiens, un groupe de super-héros aujourd’hui dissous? Et pourquoi? Mû par un terrible soupçon, Rorschach, le détective psychotique, contacte ses ex-partenaires : un «tueur de masques» est après eux. Alors commence une traque sans pitié, où chacun apportera sa pièce du puzzle pour révéler peu à peu l’inimaginable vérité... Tandis qu’inexorablement, les aiguilles se rapprochent de minuit.

Watchmen
Scénario d’Alan Moore
Dessin de Dave Gibbons
Couleurs de John Higgins
Traduction de Jean-Patrick Manchette
Édité chez Delcourt
en novembre 1998
I.S.B.N. 2-84055-251-5


On n’imagine jamais la complexité de cette œuvre à la première lecture. Ni à la deuxième, ni à aucune jusqu’à ce qu’on l’ait lue avec les explications de l’auteur. Après ça, on oublie tout, et on redécouvre quand on replonge le nez dedans. C’est du pur génie cette bande dessinée. C’est long, c’est complexe, c’est fatigant, mais c’est tellement bon. J’aime énormément. Du grand art, un grand classique qui mérite sa place au sommet. Bravo.

Garfield 27

Garfield 27 Se la coule douce!
De Jim Davis
Traduction d’Anthéa Shackleton
Édité chez Dargaud
en septembre 1998
I.S.B.N. 2-205-04759-0


Changement de format. Ici, l’auteur a décidé que 3 cases, ce n’est pas assez, qu’il a fait le tour et que réutilisé encore et encore les mêmes gags, ça risque de se voir au bout d’un moment (sans déconner...) Du coup, on va reprendre les mêmes gags, et les faire sur 6 cases, ou alors, si on est fou, mais alors complètement jeté... Sur TOUTE UNE PAGE!!! Dommage, c’est toujours mauvais. Presque pire même.