mercredi 9 avril 2014

Cowboy Bebop 1

Spike, Jet, Faye and Ed – cowboys on the new frontier. Together this band of interplanetary bounty hunters takes on the jobs that anyone in their right mind would turn down.

Cowboy Bebop 1
Scénario de Hajime Yatate
Dessin de Yutaka Nanten
Translation by Amy Forsyth
Édité chez Tokyopop
en mars 2002
I.S.B.N. 1931514917


Pourquoi la traduction est-elle notée en anglais? Parce que j’ai acheté ces trois mangas à Cambridge, en Angleterre. Le tome est donc en Anglais, ce qui est classe dans les animés, mais sur le papier, c’est moins classe. Je ne sais pas si les textes sont mauvais, en version originale, ou en version française, mais dans cette version-ci, c’est mauvais. Les histoires sont sympas mais bof, et les dessins sont moches. On restera donc sur l’animé pour l’instant, parce que le papier, c’est vraiment pas terrible.

Billy Elliot

Billy, onze ans, découvre avec surprise qu’un cours de danse partage désormais les mêmes locaux que son club de boxe. Fasciné, il abandonne les gants de cuirs pour assister secrètement à ces cours de danse. Son père et son frère, mineurs en grève, n’acceptent pas qu’il puisse se livrer à des activités aussi peu viriles...

Billy Elliot
Un film de Stephen Daldry
Avec Julie Walters, Gary Lewis, Jamie Bell, Jamie Draven et Adam Cooper
Sortie en mai 2000
1h45min


Je n’avais jamais vu ce film, victime de son succès pour moi. Que je vous explique, en général, les films qui plaisent et dont je ne connais ni les acteurs, ni le réalisateur, me gonflent. Mais beaucoup. Du coup, je n’avais jamais vu ce film, et ça ne me disait rien et ne me manquait pas du tout. Et bien, une fois n’est pas coutume, j’avais tort, c’est un bon film. Un peu trop plein de clichés à mon goût mais malgré tout très bon. Les acteurs sont bons, l’histoire est bien tournée, l’ambiance est géniale, la musique est grandiose et il danse bien le chiard. Un film que j’apprécie beaucoup.

Garfield 18

Garfield 18 Dort sur ses deux oreilles
De Jim Davis
Traduction d’Anthéa Shackleton
Édité chez Dargaud
en juin 1997
I.S.B.N. 2-205-04294-7


Tellement ça me fait chier Chi une vie de chat, j’ai pu lire ce tome très vite. Je n’aime toujours pas ça, mais bon, ça se lit vit et ça passe le temps sur le trône.

Chi une vie de chat 9

Revenue malade de sa dernière expédition, Chi doit porter une collerette. Pire! Sa famille décide de ne plus la laisser sortir, de peur qu’elle ait un accident. Que va devenir son rendez-vous avec Minou?! Décidément, la vie de chat n’est pas de tout repos!

Chi une vie de chat 9
De Konami Kanata
Traduction de Kayo Chassaigne et Élodie Lepelletier
Édité chez Glénat
en octobre 2012
I.S.B.N. 978-2-7234-9193-8


C’est nul.

Edward aux mains d’argent

Il était une fois... Edward, un jeune homme issu de la création d’un savant génial. Il vit seul dans un château, coupé du reste du monde. Jusqu’au jour où une représentante en cosmétiques découvre le jeune homme et l’invite à vivre dans son foyer. Grâce à ses mains-ciseaux, Edward devient vite l’attraction principale des gens du quartier. La vie aurait pu suivre son cours paisiblement, si la jalousie et la peur de l’indifférence n’avaient pas fini par gagner le voisinage...

Edward aux mains d’argent
Un film de Tim Burton
Avec Johnny Depp, Winona Ryder, Diane West, Anthony Michael Hall, Kathy Baker et Vincent Price
Musique de Danny Elfman
Sortie en décembre 1990
1h43min


C’est typiquement le genre de film pour lequel il faut garder la magie. Il ne faut surtout pas lire TimBurton, entretiens avec Marc Salisbury, parce que du coup, toute la magie a disparu, et tout ce que je vois dans ce film c’est un grand «aimez-moi, je suis quelqu’un de sympa même si je suis super différent et que personne ne me comprend». Un truc d’adolescent soit disant rejeté qui se plaint en écrivant des poésies qui restent à jamais consignées dans des cahiers. Sauf que là, c’est pas resté dans le cahier, ça a même eu un certain succès, j’ai moi-même beaucoup aimé ce film avant de voir ce slogan sur chaque plan... C’est mignon, et rigolo, comme un emo qui essaie de draguer une fille et se prend un râteau. Ça a perdu la magie, ce bouquin n’aurait jamais dû sortir, il gâche tout. Bravo.

Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin

Un soir et un matin sur les bords du canal Saint-Martin. Trois histoires qui se croisent entre un banc et un bar. Trois histoires de gens qui ne parlent pas ou qui ne s’écoutent plus.

Nous n’irons plus ensemble au canal Saint-Martin
De Sibylline, Loïc Dauvillier, Capucine, François Ravard et Jérôme d’Aviau
Édité chez Les Enfants Rouges
en octobre 2007
I.S.B.N. 9782354190088


C’est pas gégé. Les histoires sont sympas mais un peu raccourcies et deviennent bof, les dessins par contre sont assez sympa. C’est très vite lu. Le problème est qu’en fait, dans l’histoire du couple qui se sépare, le gars se comporte comme une fille, et ça me gêne. Parce que les reproches de la fille, je les comprends, mais si effectivement elle réagit comme il me semble que beaucoup le font, les réactions du type ne me paraissent pas naturelles pour deux sous... En tout cas. C’est vite lu, une bédé de gare en fait.


J’ai rencontré Capucine au salon du livre de Pau en 2009, elle était, elle est plein d’auteurs au stand Bachi-Bouzouk. Quand je suis arrivé demandant un Batman, elle m’a dit «euh... sinon une Catwoman ça te va aussi? Je suis plus à l’aise avec les personnages féminins...» du coup, j’ai dit ok, et j’ai été ravi de voir son dessin, qui est beau. Elle était (et doit toujours l’être) très sympa, toute mignonne, c’était un plaisir. Merci madame.