jeudi 22 mars 2012

Janis et John

Pablo est un assureur véreux. Sa seule issue pour échapper à la prison est d’escroquer l’héritage de son cousin Léon, resté coincé sous acide depuis trente ans et vivant dans l’espoir du retour de Janis Joplin et John Lennon. Pour arriver à ses fins, Pablo décide alors de métamorphoser sa femme et un acteur ringard au chômage en... Janis et John, les deux stars mythiques du rock & roll.

Janis et John
Un film de Samuel Benchetrit
Avec Sergi Lopez, Marie Trintignant, François Cluzet, Christophe Lambert et Jean-Louis Trintignant
Musique de Jean-François Rock et Amélie De Chassey
Sortie en octobre 2003
1h40min


Je suis d’accord, le casting ne fait pas du tout envie. Si ce n’est bien sûr pour Christophe Lambert. Et bien ce film est très bon. J’aime beaucoup. Les cinq cités au-dessus sont excellents. Ils se sont parfaitement approprié leur rôle, et sont très convaincants dans une histoire que j’apprécie beaucoup. Je vais même aller jusqu’à le conseiller, j’ai vraiment passé un super bon moment. (Et puis Janis Joplin (qui reste la plus exploitée niveau musicale) faisait de la musique que j’aime beaucoup alors que demander de plus?)

Strange 328

Strange 328
Scenarii de Doug Moench, Grant Morrison, John Byrne, Mark Waid et Brian Augustyn
Dessin de J. H. Williams III, Howard Porter, John Byrne et Paul Ryan
Couleurs de Pat Garrahy, Patricia Mulvihill et Tom McCraw
Traduction de Nicole Duclos
Édité chez Semic Éditions
en août 1997
I.S.B.N. non renseigné


L’histoire de Batman est bien mais pas top. Une sorte d’apologie de Robin, une mini histoire qui explique que Robin serait indispensable... Autant je supporte pas le personnage de Robin, autant ça rend quand même Batman beaucoup plus humain. 
L’histoire de la Justice League of America, c’est pénible. En fait, ce n’est pas le début, du coup on prend en cours, mais le vrai problème, qui m’a vraiment empêché de rentrer dedans, c’est que Superman avec la nuque longue et une tête d’espagnol, je peux pas. Déjà Superman à la base, je le hais, alors en plus en Espagnol...
Ensuite, l’histoire de Wonder Woman, ben... C’est un peu le féminin de Superman avec un petit côté rigide de Green Lantern, du coup, je suis super mitigé à son sujet. L’histoire est pas mal, loin d’être terrible. Les dessins par contre, j’aime énormément. 
Et enfin l’histoire de Flash. Lui je l’aime bien d’habitude, mais là, c’était ultra pénible. J’aime pas du tout, et le dessin ne rattrape pas, même s’il est pas mal. On va dire qu’il y a deux histoires sur quatre qui valent le coup. Pas top mais bon. Ça passe.