jeudi 15 mars 2012

Spoon & White 7

Spoon & White 7 Manhattan Kaputt
Scénario de Jean Léturgie
Dessin de Simon Léturgie et Frank Isard
Couleurs de Julien Loïs
Édité chez Vents d’Ouest
en février 2007
I.S.B.N. 978-2-7493-0306-2


Pour ce tome ci, les références concernent les séries américaines genre Les experts avec une dominante 24. Le fait est que je n’aime pas du tout ce genre de série, du coup, je ne les regarde pas, du coup, à part les têtes des acteurs, je n’ai pas pu reconnaître grand-chose (si ce n’est les quelques références à Soda). Ça n’enlève rien à l’efficacité du truc je trouve. J’aime beaucoup. C’est vraiment bon. 

Point men

Une équipe des Forces Spéciales européennes est chargée de supprimer l’un des plus dangereux terroristes palestiniens, Amar Kamil. Tony Eckhardt, le leader de l’équipe, parvient à abattre l’individu. Mais l’opération tourne mal et Tony est persuadé d’avoir éliminé la mauvaise personne. Il se lance alors dans une mission à titre personnel pour retrouver la trace du meurtrier.

Point men
Un film de John Glen
Avec Christophe Lambert, Kerry Fox et Vincent Regan
Musique de Gast Waltzing
Sorti en juin 2001
1h27min


En fait, ce qu’il y a de bien avec les films de monsieur Lambert, c’est qu’ils sont intemporels. Celui-ci est de 2001 par exemple, pourtant, il est tourné comme un film des années 80 ou tout début 90 (et j’inclus la bande son), l’histoire, et la réalisation aussi. C’est fou, même les personnages et acteurs ont des physiques des années 80. Ce n’est vraiment pas un des meilleurs, mais ça reste un bon film de dimanche.

Gideon

Gidéon, jeune homme naïf et simple d’esprit arrive à Lakeview, petite ville de retraités calme et paisible. Il découvre un univers sans joie, ou chacun attends que le temps passe... Au fil des jours, sa candeur et son enthousiasme ont sur les habitants un effet juvénile régénérateur. Grâce à sa pureté et à son instinct, il rassemblera ces êtres si différents, leur permettant de retrouver un but à leur vie et l’estime d’eux-mêmes...

Gideon
Un film de Claudia Hoover
Avec Christophe Lambert, Charlton Heston, Carroll O’Connor et Shirley Jones
Musique d’Anthony Marihelli
Sortie en mai 1999
1h30min


C’est super niais. Plein de bons sentiments. Un film qui fait très téléfilm à passer entre deux épisodes de 7 à la maison (la série avec le papa révérend qui sort 18 morales à la minutes, mais si, vous avez forcément vu au moins un épisode pour rigoler (d’ailleurs, y a la gamine de cette série qui figure dans ce film, si je ne m’abuse, elle s’appelle Rosie ou un truc du genre dans la série, je vous laisse chercher de qui je parle)) un dimanche après-midi. Mais mine de rien, beh ça passe bien. Christophe Lambert joue son rôle à merveille, c’est mignon, mais ça passe vite. Ouais, on pourra me traiter de bisounours, mais j’aime bien ce film.

Quatre cavaliers de l'Apocalypse (les) 1

«Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister?» Apocalypse (VI, 16-17)

Les quatre cavaliers de l’Apocalypse 1 L’infernaute
Scénario de Michael Mendheim, Mike Kennedy et Sean Jaffee
Dessin de Simon Bisley
Couleurs de Chad Fidler
Traduction de Jacques Collin
Édité chez Nickel Productions
en février 2012
I.S.B.N. 978-2-914420-42-6


Les dessins sont de Bisley. Ils sont donc forcément géniaux. Le début est assez long à se mettre en place je trouve, mais une fois que ça a bien démarré, ça envoie grave du bois, c’est bien violent, ça promet de l’être encore plus par la suite. En espérant que Bisley reste au dessin. Parce que même s’il me semble que les couleurs ne sont pas toujours très judicieuses, ça reste malgré tout super efficace. Un bon premier tome qui laisse présager une suite excellente. J’espère que ça sortira vite du coup.

Arlette

Arlette
Un film de Claude Zidi
Avec Josiane Balasko, Christophe Lambert, Ennio Fantastichini, Jean-Marie Bigard et Armelle
Musique de William Sheller
Sortie en avril 1997
1h40min


Ce film n’existe pas en dvd en France. Du moins, je l’ai cherché et ne l’ai jamais trouvé... Et je trouve ça honteux. Un grand film comme celui-ci. Bon. Je vais être un peu honnête. C’est pas crédible deux secondes, c’est mal joué, l’histoire est mauvaise, la musique est mauvaise, les images sont moches. Malgré tout, je lance un appel, si quelqu’un a ce film en vrai dvd, en français (parce que j’en ai reçu un en italien, sans la version originale, et c’est quand même bien pourri), alors je voudrais l’avoir. Voilà, un mauvais film, ok, mais l’un des protagonistes est Christophe Lambert quand même!!

Tony Chu détective cannibale 3

La vie semble avoir retrouvé un cours à peu près normal pour Tony Chu, notre enquêteur aux capacités paranormales. Le chef Aplebee lui accorde enfin un répit bien mérité. Et depuis le retour de son partenaire John Colby à ses côtés, pas un crime ne leur résiste. Comble du bonheur, Tony a rencontré Amélia, une talentueuse journaliste culinaire dont la prose extraordinaire lui permet d’imaginer ce qu’il ne peut pas manger. Fort heureusement, cette situation idyllique n’est pas appelée à durer...

Tony Chu détective cannibale 3 Croque-mort
Scénario de John Layman
Dessin et couleurs Rob Guillory
Traduction deNick Meylander
Édité chez Delcourt
en février 2012
I.S.B.N. 978-2-7560-2854-5


Excellent tome encore une fois. L’histoire est très bien traitée, les dessins excellent toujours autant. Les personnages sont parfaitement utilisés et s’encrent dans le décor. C’est tout simplement génial. À lire.

Top cops

La star des films d’action Bruce Willis et l’humoriste Tracy Morgan forment un duo improbable de flics à Brooklyn, Kevin Smith met en scène une suite d’évènements délirants où les deux flics partent à la recherche d’une carte de baseball volée, datant de 1952. Durant cette enquête, ils vont vite se retrouver face à un impitoyable gangster et au cœur d’un réseau de trafic de drogue. Suivez-les dans une course poursuite pleine de suspens et de rebondissements.

Top cops
Un film de Kevin Smith
Avec Bruce Willis, Tracy Morgan, Adam Brody, Kevin Pollak, Guillermo Diaz et Sean William Scott
Musique d’Harold Faltermeyer
Sorti en février 2010
1h48min


Bruce Willis dans un film de Silent Bob? Ça ne peut être qu’une comédie du dimanche bien lourde avec des blagues pas drôles. Pas du tout, c’est l’équivalent américain (attention, américain façon polar noir, pas façon teenage movie à deux balles) des anciens films de samouraï japonais. Une ode au code de l’honneur et à la raison moralisatrice qui devrait faire tourner le monde s’il n’était pas tombé aux mains du malin (oui, il y a ce petit côté religieux qu’il y a dans tous les films américains, mais c’est pas spécialement gênant tant ça ne prend pas une place trop grande). Je pensais pas que Kevin Smith pouvait donner dans le film sérieux, et pourtant. Vraiment excellent.

Debaser 7

Debaser 7
De Raf
Édité chez Ankama
en  février 2012
I.S.B.N. 978-2-35910-261-1


De nouveau un très bon tome. Le rythme est maintenu, l’histoire avance pas mal, elle est vraiment bien faite cette histoire, les dessins sont toujours aussi bons (même si je ne suis pas certain que l’évolution me plaise par rapport à ceux du début mais j’en suis pas certain du coup, j’en dirai plus au prochain tome). Une très bonne série donc, à lire, c’est vraiment chouette!!

Homme de chevet (l')

À Carthagène en Colombie, Léo, ancien boxeur à la dérive, est engagé pour prendre soin d’une jeune femme gravement accidentée, Muriel. Leurs rapports vont d’abord être heurtés et agressifs avant de se transformer en une relation passionnelle.

L’homme de chevet
Un film d’Alain Monne
Avec Sophie Marceau et Christophe Lambert
Musique de Florencia Di Concilio
Sortie en novembre 2009
1h33min


De nouveau un film avec monsieur Lambert. Et ben tout le monde a fait un tapage pas possible rapport à Intouchable, ce film, c’est la même chose, mais avec Christophe Lambert, donc mieux forcément. Je dis ça, je n’ai pas vu Intouchable mais bon. Donc ce film. Une histoire d’amour à l’eau de rose, avec ses hauts et ses bas. Heureusement que monsieur Lambert est là pour rendre le truc grandiose, sinon, c’est vrai que c’est un peu court. Mais bon, j’aime bien mine de rien. Mais je crois que je ne suis définitivement pas objectif quand il s’agit de cet acteur.

Meute (la)

Charlotte, rebelle et solitaire, roule sans but sur des routes de campagnes désertes. Un soir, dans un resto-routier peu fréquenté, elle est brutalement capturée par une femme mystérieuse. Véritable psychopathe insouciante, celle qu’on appelle La Spack torture et découpe ses victimes pour nourrir une meute de zombies très adepte de chair fraîche. Charlotte le sait, elle est la prochaine sur le menu. Son combat pour la survie peut commencer...

La meute
Un film de Frank Richard
Avec Yolande Moreau, Émilie Duquenne, Benjamin Biolay et Philippe Nahon
Musique de Chris Spencer et Ari Benjamin Meyers
Sortie en septembre 2010
1h20min


L’idée du film est pas mal du tout, un grand classique mais toujours efficace. Le côté américanisation des campagnes française est très sympa (vraiment, j’ai trouvé ça vraiment chouette, américanisation de l’univers mais avec la grosse empreinte campagne rustre française) mais alors punaise, que c’est lent, c’est ultra pénible tant de lenteur. Et le titre est super mensonger, il n’est pas question de meute, mais de seulement une demi douzaine au moment où ils sont le plus nombreux. Et puis on les voit qu’après trois quart d’heures de présentation. C’est bien lourd ce film, des trucs sympas, mais pas assez pour rattraper la lenteur du truc.

Disparue de Deauville (la)

Victoria, une actrice célèbre, à l’aura et au charme saisissants, est morte il y a trente ans dans des circonstances troublantes. Elle réapparaît mystérieusement dans la vie d’un flic solitaire, Jacques, qui enquête sur une disparition au cœur d’un palace normand... Que veut cette femme qui semble surgie d’une autre époque? Pourquoi a-t-elle choisi Jacques? Quels secrets se cachent derrière le luxe de ce palace?

La disparue de Deauville
Un film de Sophie Marceau
Avec Sophie Marceau, Christophe Lambert, Nicolas Briançon, Simon Abkarian, Marie Christine Barrault et Robert Hossein
Musique de Franck II Louise
Sortie en mai 2007
1h 36min


Un de plus. Toujours dans un souci de possession de l’intégrale de Christophe Lambert, voici l’une des dernières acquisitions. Alors ça me fait un peu mal que ce soit un film de Sophie Marceau, je l’aime vraiment pas (pardon monsieur Lambert si vous lisez ceci (oui, j’ai le droit d’espérer comme toute groupie digne de ce nom)). Et du coup, il me semble que ça explique beaucoup d’incohérences dans le film. Après, il est pas mal, l’idée est sympa, déjà vue mais sympa, beaucoup de scènes inutiles qui troublent un peu la logique (rien de très compliqué hein, c’est plus de la maladresse à mon avis) mais d’un autre côté, il est tellement bon Christophe. Du coup, j’aime.

Empowered 4

Empowered a bien failli y croire! Ô joie! La nubile héroïne est nominée pour le fameux Prix des Justiciers Costumés de l’année!... mais elle découvre bien vite que c’est une plaisanterie cruelle perpétrée par ses collègues honnis de la Super-Bande. Lorsqu’une épreuve cataclysmique bouleversera la cérémonie, notre héroïne mal aimée parviendra-t-elle à surmonter sa rancœur pour sauver tout le monde? Et pourra-t-elle faire face aux multiples problèmes posés par les justiciers travestis, les derniers souhaits d’adolescents super-vilains en phase terminale, les dragueurs télépathes, une ninja déprimée, les conflits sur l’oreiller et même... le Hummer-fu?

Empowered 4
D’Adam Warren
Traduction de Philippe Touboul
Édité chez Milady
en février 2011
I.S.B.N. 978-2-8112-0476-1


Ça faisait bien longtemps que je n’avais lu de cette série, et beh c’est toujours sympa. Je trouve les histoires du début (où elle fait un résumé de son histoire, punaise, c’est le 4ème tome, on va commencer à savoir...) un peu pénibles, mais ensuite, ça redevient tout léger, un peu grivois, très sympathique. Les dessins n’évoluent pas, ils restent très bons, mais stagnent un peu, je ne sais pas si c’est un plus ou un moins, mais dans un sens, ça permet une certaine fluidité de l’univers, on pourrait lire les 4 d’affilées, aucun choc dans le dessin. Il y a dans ce tome une histoire en couleur, c’est bien qu’il reste sur le noir et blanc, les couleurs ne rendent rien je trouve. Bon tome, très sympa.

50 francs pour tout

Adolescence : Âge qui succède à l’enfance et précède l’âge adulte(environ de 12 à 18 ans chez les filles, 14 à 20 ans chez les garçons), immédiatement après la puberté. L’adolescence : Dur moment où on prend conscience de l’existence des autres... Et aussi qu’ils en ont rien à foutre qu’on existe. Ceci n’est pas une suite, c’est du refoulement.

50 francs pour tout
De Davy Mourier
Édité chez Adalie
en janvier 2012
I.S.B.N. 978-2-35910-275-8


Voici enfin la véritable ouverture de la tête de monsieur Mourier. Il a raison quand il dit que cet album n’est pas une suite, il s’agirait plutôt, selon moi (désolé si ce n’est pas le cas monsieur Mourier) d’une finalité. En effet, tous les albums précédents (du moins Mouarf! et 41€ pour une poignée de psychotropes) seraient une introduction qui lui aurait permis d’atteindre cet album là. Bon bien évidemment, on prend en compte tout le vécu et tout et tout, mais ce tome là m’apparaît plus comme une conclusion. Ce n’est pas un happy end, loin de là, mais mine de rien, même si c’est pas de la belle manière, je suis content qu’il passe à autre chose, qu’il arrive à dépasser ce traumatisme. Parce que même si je ne le connais pas personnellement, ben je m’y attache à ce monsieur. Ce n’est pas de la pitié ou quoi. Je sais pas. J’aime beaucoup cet album, les planches de fin sont sublimes, et les remerciements sont partie intégrante du truc. J’adore, bravo.

Walking dead 15

Malgré l’horreur des récents événements, les rescapés d’Alexandria parviennent à surmonter leur douleur et se concentrent déjà sur la reconstruction physique et psychologique de leur communauté. Andréa supervise l’enseignement du tir à l’ensemble des survivants, Abraham dirige l’équipe chargée de fortifier l’enceinte de la ville et Rick est sans doute celui qui a le plus de mal à se remettre. Et pour cause... Les rescapés peuvent-ils toujours espérer un semblant de vie normale? Les horreurs traversées auront-elles raison de leur lueur d’espoir?

Walking dead 15 Deuil & espoir
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Charlie Adlard
Traduction d’Edmond Tourriol/Makma
Édité chez Delcourt
en février 2012
I.S.B.N. 978-2-7560-2872-9


Un tome un peu plus calme niveau action, il s’agit plus de luttes morales, de questionnements des personnages, de réactions face aux derniers événements. Je le trouve très bon ce tome, dans le sens où les réactions de chacun sont, pour moi, très humaines quand on repense à ce par quoi ils sont passés tous, dans le tome précédent. Rick commence à s’essouffler cela dit, il serait, selon moi, temps de le faire mourir, pour passer le relais. Mais c’est très personnel comme avis. Très bon tome en tout cas.

Zombies 0

«La mort ne surprend point le sage, il est toujours prêt à partir.» Jean de La Fontaine

Zombies 0 La mort et le mourant
Scénario d’Olivier Peru
Dessin de Lucio Alberto Leoni
Couleurs de Matteo Vattani et Gianluca Garofalo
Édité chez Soleil
en janvier 2012
I.S.B.N. 978-2-302-01972-0


Ce tome est un peu long à démarrer. Les personnages ne sont pas spécialement attachants, c'est assez convenu pour du zombie. Par contre, le dernier tiers de l'album (environ, j'ai pas fait de calcul précis, je suis pas un calculateur, je lis, je compte pas) est parfaitement magnifique.
C'est un tome 0, il n'est bien évidemment pas sorti en premier, il est sorti quand c'était la mode des tomes 0, des présequels et compagnie, c'est un mouvement que je ne comprends pas, que je trouve presque moche, casser le rythme d'une série pour lui donner des origines est une preuve de pauvreté pour moi, jusqu'à cette mode, si un auteur voulait ajouter des origines, un début, il le faisait avec parcimonie sans jamais casser le déroulement des événements. À cause de cette mode, on oublie ça, et c'est dommage, c'était un très bon exercice.
Tout ça pour dire que c'eut été un excellent premier tome, ou d'excellents passages de plusieurs tomes dans la série, mais qu'en tome 0 ça fait cheap, parce que c'est ce que sont à peu près tous les tomes 0 du monde. Même s'il reste vraiment pas mal grâce à cette fin qui colle les poils.

Kurosagi livraison de cadavres 1

Kurosagi livraison de cadavres 1
Scénario d’Ôtsuka Eiji
Dessin de Yamazaki Housui
Traduction de Vincent Zouzoulkovsky
Édité chez Pika Éditions
en mai 2006
I.S.B.N. 978-2-84599-610-6


Une très bonne série qui débute là. Ça faisait longtemps que je ne les avais lus, et bien c’est reparti pour la peine. Ici, le décor est planté de manière assez rapide. Ce sont des histoires courtes qui, pour l’instant n’ont l’air d’avoir pour fil rouge que le temps qui passe pour ce groupe d’étudiants. C’est très bien raconté, les dessins ne sont pas exceptionnels, mais restent bons. Et j’aime énormément le tout.

Gotham Central 2

Gotham City est une ville protégée par Batman. Mais lorsque celui-ci est absent ou ne peut intervenir, comme dans toutes les villes, c’est la police qui mène l’enquête, parfois aidée d’un coup de pouce du héros masqué. L’inspecteur Montoya est harcelée par Lipari, un des malfrats qu’elle a arrêté, libéré depuis. Celui-ci fouille dans sa vie privée, à la recherche d’un élément pouvant nuire à sa carrière. La démarche de Lipari finit par déstabiliser Montoya qui s’en prend violemment à son tourmenteur. Peu de temps après, Lipari est retrouvé criblé de balles tirées par l’arme de service de Montoya. La police des polices mène une enquête qui accuse en tous points leur malheureuse collègue. Pourtant tous ces faits vont se révéler être la pointe émergée d’une machination ourdie par un «proche» de Montoya.

Gotham Central 2
Scénario d’Ed Brubaker et Greg Rucka
Dessin deMichael Lark et Brian Hurtt
Couleurs de Noelle Giddings, Matt Hollingsworth et Lee Loughridge
Traduction d’Alexis Nikolavitch Racunica
Édité chez Semic
en mars 2005
I.S.B.N. 2-84857-122-5


Excellent tome que celui-ci. J’aime vraiment lire les histoires des flics qui doivent cohabiter avec le Batman. Là, l’histoire principale est excellente, digne d’une excellente série policière (j’en ai pas qui me vient là, mais imaginons une excellente série policière voulez-vous? Bien, beh c’est au moins aussi bon). L’enquête est vraiment menée par des vrais flics, la solution leur tombe un peu toute cuite dans le bec mais bon, ça reste super bien fait, très humain (dans le sens où les personnages sont très vrais je trouve). La deuxième histoire est elle aussi très bonne, un peu plus légère, mais excellente. En bref et en concis, c’est génial!!

Spoon & White 6

Spoon & White 6 XXL
Scénario de Jean Léturgie et Yann
Dessin de Simon Léturgie
Couleurs de Loïs et Julien
Édité chez Vents d’Ouest
en août 2005
I.S.B.N. 2-7493-0180-7


Encore une fois un tome plein de références cinéma/télé très drôles, intelligemment utilisées pour nourrir un récit complètement bête mais bien construit, bien amené, rythmé comme il faut. Ajoutez à cela une mise en scène excellente, des dessins toujours aussi bons et un univers drôle et vous avez un nouveau tube pour cette série que j’aime vraiment beaucoup.

Batman universe Hors série 1

Batman universe Hors série 1
Scénario de Paul Dini
Dessin de Dustin Nguyen
Couleurs de John Kalisz
Traduction de Khaled Tadil
Édité chez Panini Comics
en mai 2011
I.S.B.N. 978-2-809-421-00-2


Ma foi, c’est une excellente histoire que voilà. Je ne suis pas certain que ce soit réellement terminé, il y a encore trop de points sombres ou de choses carrément non résolues. Du coup, il faudrait que j’essaie de trouver le 2 qui serait sorti en août dernier. Je m’y attellerai au plus vite, parce que c’est vraiment très bon. L’histoire est excellente, bien foutue, le mystère est balèze même s’il ne parait que secondaire, les dessins sont vraiment très bons. J’adore. Excellent.

Zoolander

Le célèbre mannequin Derek Zoolander a toutes les chances de recevoir pour la quatrième fois consécutive le trophée "Top-Model de l’année". Mais rien ne se passe comme prévu et Zoolander, effondré, voit son prix lui échapper au profit d’un jeune "hippie", Hansel... Le styliste déjanté et diabolique Mugatu profite de la faiblesse passagère de Derek pour tenter de faire de lui une véritable machine-à-tuer. Derek se retrouve alors au centre d’une "fashion" conspiration et ce n’est qu’avec l’aide d’Hansel et de quelques accessoires bien choisis, comme Matilda, qu’il pourra sauver tous les top-models de l’univers.

Zoolander
Un film de Ben Stiller
Avec  Ben Stiller, Owen Wilson, Will Ferrell, Christine Taylor et David Duchovny
Musique de David Arnold et BT
Sorti en septembre 2001
1h29min


Grandiose. Ce film est génial, je sais pas trop quoi en dire, je peux pas dire que l’histoire est bonne parce que c’est beaucoup trop stupide, je peux pas dire que c’est bien joué parce que bon... voilà quoi... Mais ça reste un grand classique à voir!!!

Lost in translation

Bob Harris, star de cinéma sur le déclin, arrive à Tokyo pour tourner une publicité. Du haut de son hôtel de luxe, il est détaché de tout, incapable de s’intégrer ni de dormir à cause du décalage horaire. Dans ce même hôtel, Charlotte, une jeune Américaine tout juste diplômée, accompagne son mari, photographe de stars. Elle s’ennuie et se sent délaissée, jusqu’à ce qu’elle rencontre Bob. Perdus dans un univers inconnu, ces deux êtres à la recherche d’affection vont errer ensemble dans Tokyo, la nuit.

Lost in translation
Un film de Sofia Coppola
Avec Bill Murray et Scarlett Johansson
Musique de Kevin Shields
Sortie en octobre 2003
1h48min


J’aime ce film, il est bien fait, bien tourné, bien joué, c’est tout bien, ou presque. On arrive bien à ressentir le côté perdu des personnages, j’adore.

Strange 327

Strange 327
Scénarii de Doug Moench, Grant Morrison, John Byrne, Brian Augustyn et Mark Waid
Dessins de Kelley Jones et John Beatty, Howard Porter, John Byrne et Paul Ryan
Couleurs de Greg Wright, Pat Garrahy, Patricia Mulvihill et Tom McRaw
Traduction de Nicole Duclos
Édité chez Semic
en juillet 1997
I.S.B.N. non renseigné


Dans ce press-book, il y a quatre histoires. La première est un Batman, et c’est rigolo, ça fait le même effet que Batman & Robin, le film dans lequel Georges Clooney est Batman et qui n’existe pas. Les jeux de mots sont affligeants, les dialogues dignes d’une pièce de théâtre de Stéphane Bern (dans le sens où les tournures de phrases font très anciennes en rapport au contexte), un vrai petit bijou donc. Ensuite, une histoire sur la Justice League of America, elle est super bonne, et les dessins le sont aussi, dommage qu’elle ne soit pas complète. Ensuite une aventure de Wonder Woman, bien faite elle aussi, et les dessins sont superbes, je n’aime pas trop ce personnage, mais cette histoire là est vraiment bonne. Et enfin, un Flash. Mais un mauvais. L’histoire est pénible, les dessins sont vilains, le point négatif de ce press-book pourtant très bon!

Spoon & White 5

Spoon & White 5 Funky junky
Scénario de Jean Léturgie et Yann
Dessin de Simon Léturgie et Isard
Couleurs de Loïs et Julien
Édité chez Vents d’Ouest
en septembre 2003
I.S.B.N. 2-7493-0101-7


Effectivement, ils sont stupides ces deux personnages, mais c’est tellement bon. Encore une fois, j’adore cette série, ce tome est excellent bien sûr, l’histoire est bonne et stupide, je suis super fan des dessins, les jeux de mots sont aussi bons que les miens (...) et toujours les petits plus, les guests (des caricatures de personnalités internationales) qui sont toujours sympas à retrouver.

Afro Samurai

Afro Samurai
Réalisé par Kizaki Fuminori
Avec Samuel L. Jackson, Ron Perlman et Yuri Lowenthal
Musique de The RZA
5 épisodes
Sortie en janvier 2009


Ça faisait longtemps que je n’avais pas revu cette mini-série. C’est toujours aussi efficace. Peu d’histoire, énormément de bastons. Du sang en pagaille, l’animation des combats est géniale et égale presque celle de Samurai Champloo, dans le reste de l’animé par contre, c’est pas top. C’est d’ailleurs assez impressionnant la différence de qualité, mais les graphismes sont superbes cela-dit. Les personnages sont excellents. J’aime beaucoup. Efficace.

Gotham central 1

Le bat-signal projette sur le ciel encrassé de pollution de Gotham City l’ombre d’une chauve-souris géante, visible du centre-ville comme des plus lointaines banlieues, du sommet des tours du centre d’affaires comme des docks mal famés du port de Blüdhaven. Planté au sommet du commissariat central et contrôlé de près, il ne s’allume qu’en cas d’extrême urgence, lorsque la situation dépasse les compétences et les moyens des forces de police. Alors le justicier de la nuit, le protecteur de Gotham, Batman, surgit de l’ombre pour assister la police. Mais nombreux sont ceux qui, ayant prononcé le serment qui accompagne leur badge et leur arme, préfère laisser le bat-signal éteint, et régler les problèmes de criminalité sans faire appel à un justicier masqué qui ne répond devant aucune autorité. Cependant, à Gotham City, ville infestée par des criminels aux super-pouvoirs tells le très dangereux Mister Freeze, la vie d’un policier n’est pas une sinécure...

Gotham central 1
Scénario d’Ed Brubaker et Greg Rucka
Dessin de Michael Lark
Couleurs de Noelle Giddings
Traduction d’Alexis Nikolavitch Racunica
Édité chez Semic
en mai 2004
I.S.B.N. 2-84857-075-X


Une excellente bande dessinée qui permet de voir la ville de Gotham City d’un nouveau point de vue, celui de la police. On y retrouve des personnages que l’on connait bien grâce à leurs apparitions dans les aventures de Batman, on en découvre pas mal qui passent à la trappe dans les comics du Chevalier Noir. C’est super bien fichu, les enquêtes sont bonnes, les histoires sont vraiment bien faites, les dessins sont bons, la mise en scène rappelle une bonne série policière. C’est très bien fait. J’adore!!

Fullmetal alchemist 14

Fullmetal alchemist 14
De Hiromu Arakawa
Traduction de Maiko Okazaki et Fabien Vautrin
Édité chez Kurokawa
en septembre 2007
I.S.B.N. 978-2-351-42158-1


Excellent tome. Vraiment excellent, là, on avance à grands pas. Des informations en pagaille distribuées sans que ça fasse trop paquet, ça avance très vite, beaucoup de choses sont expliquées, beaucoup de choses se dévoilent, les personnages secondaires se révèlent. C’est tout simplement excellent.

Spoon & White 4

Les crétins sont éternels.

Spoon & White 4 Spoonfinger
Scénario de Jean Léturgie et Yann
Dessin de Simon Léturgie et Frank Isard
Couleurs de Squad et Berd’Ach
Édité chez Dupuis
en mai 2002
I.S.B.N. 2-8001-3232-9


Un très bon tome de nouveau. Utilisant les grands classiques James Bondiens, de nouveau, c’est plein d’humour, assez rapide, bien rythmé. C’est une très bonne série d’action en fait. Digne de ces films dans lesquels Bruce Willis est un anti-héros hyper balèze et drôle. Ça me fait un peu le même effet, sans l’effet classe de Bruce Willis mais bon... J’aime énormément cette série, c’est du très grand!!

Fullmetal alchemist 13

Fullmetal alchemist 13
De Hiromu Arakawa
Traduction de Maiko Okazaki et Fabien Vautrin
Édité chez Kurokawa
en juillet 2007
I.S.B.N. 978-2-351-42157-4


Un très bon tome de nouveau. Il s’agit d’un tome informatif, on obtient pas mal d’info sur pas mal de choses, sans pour autant que ce soit décisif. Et la fin... Ça envoie du bois, le prochain risque d’envoyer quelque chose de bon.

Insomnia

Will Dormer, un as de la Crim’, part en compagnie de son coéquipier pour l’Alaska, là où le soleil ne se couche jamais, afin d’aider les policiers locaux à résoudre le meurtre d’une jeune fille. Cela lui permet aussi de prendre le large au moment où la police des polices s’intéresse de près à ses méthodes dans certaines enquêtes. Épuisé par le manque de sommeil, Will commet une tragique erreur : poursuivant l’assassin dans le brouillard, il abat accidentellement son coéquipier et prétend qu’il a été tué par le fugitif. Mais le meurtrier l’a vu et lui propose alors un marché...

Insomnia
Un film de Christopher Nolan
Avec Al Pacino, Hilary Swank et Robin Williams
Musique de David Julyan
Sortie en mai 2002
1h58min


Je n’avais pas revu ce film depuis sa sortie au cinéma. J’étais à la fac à l’époque et je l’avais bien aimé. Et ben ça n’a pas changé, j’aime toujours bien, l’histoire est bonne, les acteurs sont énormes, ils sont hyper justes dans leur rôle, l’ambiance est parfaite. Rien à dire, j’aime vraiment beaucoup.

Sanctuaire

Batman : Sanctuaire
De Mike Mignola
Traduction d’Alain David
Édité chez Rackham
en mars 2004
I.S.B.N. 2-87827-067-3


Deux histoires dans cet album. Une première assez étrange mais plutôt bien fichue. Les dessins sont bons, la mise en scène un peu trop statique à mon goût et par contre la police d’écriture et les bulles sont affreuses. La deuxième, l’histoire est très bonne, très bonne idée, mais pas vraiment bien exploitée je trouve, et c’est bien dommage, il y avait là moyen de faire quelque chose de grandiose en introduisant Jack l’Éventreur dans une aventure Batman mais du coup, ça paraît presque fade, peut-être à cause de la mise en scène toujours statique. C’est dommage, l’idée était vraiment bonne et les dessins le sont aussi. Pas grave.

Spoon & White 3

Le trio étripe les triades.

Spoon & White 3 Niaq micmac
Scénario de Yann et Jean Léturgie
Dessin de Simon Léturgie
Couleurs de Squad et Berd’Ach
Édité chez Dupuis
en  avril 2001
I.S.B.N. 2-8001-2967-0


Excellent tome de nouveau. Série fraîche, drôle, bien rythmée. On retrouve plein de guest people de la télé. J’aime beaucoup, lecture très agréable, drôle et tout. J’essaie pas de le vendre, j’essaie de ne pas laisser la télé aspirer mon cerveau.

Cimetière du diable (le)

Vous n’avez pas lu Le Livre sans nom? Vous êtes donc encore de ce monde, et c’est tant mieux. Parce que vous allez pouvoir assister à un spectacle sans précédent, mettant en scène Judy Garland, James Brown, les Blues Brothers, Kurt Cobain, Elvis Presley, Janis Joplin, Freddie Mercury, Michael Jackson... et le Bourbon Kid. Les héros du Livre sans nom se retrouvent en effet dans un hôtel perdu au milieu du désert pour assister à un concours de chant au nom prometteur : "Back From The Dead".

Le cimetière du diable
Traduction de Diniz Galhos
Édité chez Sonatine
en mai 2011
I.S.B.N. 978-2-253-16144-8


Un très bon livre que voilà. Écriture agréable, bon rythme. L’univers est très bon, les personnages sont vraiment excellents, vraiment. J’aime énormément, je pensais en écrire des pages et des pages d’éloges, mais au final, peu de mots suffisent, il suffit juste de dire que j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, un vrai plaisir à la lecture. C'est une suite comme vous l'aurez compris, mais je n'ai pas lu le premier, et ça ne gêne pas du tout. Par contre, va falloir que je lise Le livre sans nom du coup, parce que ça donne envie. Seul petit bémol, la toute fin, le dernier chapitre que je trouve un peu rapide. Il manque les petits détails qui ont fait la force de beaucoup des scènes du bouquin mais que l’auteur/auteuse (oui, c’est un anonyme) a jugé bon de zapper, c’est le seul point dommage à mon avis, tout le reste est excellent, j’ai vraiment beaucoup aimé.

Fullmetal alchemist 6

Fullmetal alchemist 6
De Hiromu Arakawa
Traduction de Maiko Okazaki et Fabien Vautrin
Édité chez Kurokawa
en mai 2006
I.S.B.N. 978-2-351-42046-1


Je comble donc enfin l’affreuse lacune qu’il y avait dans cette série. Un tome au flashback un peu long mais assez sympa, même s’il n’est pas vraiment si utile (sauf la fin qui est cool) et à informations assez capitales. Très bon, léger bémol pour le flashback un poil long selon dit.

Magazine Marvel 6 (le)

Le magazine Marvel 6 Logan
Scénario de Howard Mackie, J.M. Dematteis et Tom Defalco
Dessin de Tomm Coker, Keith Aiken, Octavio Cariello, Ron Wagner et Scott MacDaniel
Couleurs de Christie Scheele, Malibu’s Hues et Joe Rosas
Traduction de Sophie Vievard
Édité chez Marvel
en juillet 1997
I.S.S.N. en cours


J’ai eu énormément de mal à lire ce press-book. Il est ouvert par Logan : shadow society, dont l’histoire est pas trop mal mais tellement mal traitée et illustrée tellement discutablement. J’aime pas du tout les dessins, alors d’accord ils sont vieux tout ça tout ça, mais ils veulent tellement rien dire, ils n’expriment rien. Bref, c’est pas terrible. La deuxième histoire est un Daredevil, mais pas de Frank Miller, du coup, pas vraiment d’intérêt puisque je n’aime pas ce personnage. La dernière histoire porte sur le Bouffon Vert, pas le vrai, une sorte de Spidermanisation du Bouffon Vert, et c’est ridicule, même si pour le coup, les dessins sont vraiment pas mal.

Vercingétorix

Refusant de se soumettre à César, Celtill, le chef des arvernes, est brûlé sous les yeux de son fils, le jeune Vercingétorix. Élevé par des druides et initié au combat, Vercingétorix réclame vengeance... Parvenant à réunir l’ensemble des chefs gaulois, il défie César, décidé à faire de la Gaule un pays libre...

Vercingétorix
Un film de Jacques Dorfmann
Avec Christophe Lambert, Klaus Maria Brandauer, Max Von Sydow et Ines Sastre
Musique de Pierre Charvet
Sortie en janvier 2001
2h18min


Voici le seul film de Christophe Lambert que je ne peux pas défendre. Une sorte de retranscription historique beaucoup trop sérieuse et prétentieuse. Christophe Lambert, et pourtant vous savez comme je l’admire et l’aime, n’est même pas convaincant. Et attention, pire que tout, la chanson de fin est une chanson pop M6 avec une pouffe au micro... Je peux pas le défendre, et j’en suis désolé, mais je remercie l’agent Mitchell, je pense pas que je l’aurais acheté, et il aurait manqué à ma collec Christophe Lambertienne.

Science des rêves (la)

Après Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Michel Gondry réalise le film dont il a toujours rêvé : une drôle d’histoire d’amour où rêves et réalité se confondent en un formidable enchantement visuel.

La science des rêves
Un film de Michel Gondry
Avec Gael García Bernal, Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat, Miou-Miou, Emma De Caunes, Sacha Bourdo, Aurelia Petit et Pierre Vaneck
Musique de Jean-Michel Bernard
Sortie en février 2006
1h42min


Face A, le film normal. Alors je ne suis pas du tout d’accord avec le synopsis du dos du dvd qui indique presque que ce serait un film trop bonnambi, alors que pas du tout. Je l’aime beaucoup cela dit. Vraiment, il est super beau, l’univers décrit est superbe, le personnage est plusieurs dans sa tête. Les gens autour sont des victimes. J’adore. Vraiment. Très beau film. La face B est une sorte d’explication rapide de ce qu’il se passe dans le un. Mais ça reste super ouvert à l’interprétation, je suis pas du tout dans mon billet là, j’ai la tête complètement ailleurs. Mais c’est un super bon film, c’est peut-être à cause de lui... ou d’autre chose... Quel suspens dans ce billet, ne trépignez-vous pas tous de savoir quelle est la réponse?

Fullmetal alchemist 12

Fullmetal alchemist 12
De Hiromu Arakawa
Traduction de Maiko Okazaki et Fabien Vautrin
Édité chez Kurokawa
en mai 2007
I.S.B.N. 978-2-351-42156-7


En fait, ce doit être l’un des mangas les plus complets. L’histoire est toujours en mouvement, jamais de pause, on en apprend à chaque tome un peu plus. C’est vraiment super bien foutu, j’aime vraiment beaucoup cette série, et ce tome-ci est comme les autres, excellent. J’aime beaucoup.

God somewhere (a)

Être "humain", c’est quoi? Une mystérieuse explosion. Quatre vies déchirées. Un monde transformé à jamais. Ce graphic novel original retrace l’évolution d’un homme qui passe de l’état d’humain à celui de héros puis à celui de... quelque chose d’autre, sous le regard de sa famille et de son meilleur ami.

A god somewhere
Scénario de John Arcudi
Dessin de Peter Snejbjerg
Couleurs de Bjarne Hansen
Traduction de Françoise Effosse-Roche
Édité chez Panini Comics
en août 2011
I.S.B.N. 978-2-8094-2017-3


Excellent. Cet album est superbe. L’histoire est géniale, parfaitement bien écrite, bien montée, elle est excellente et tellement vraie. Les dessins la décrivent très biens. Ils ne sont pas toujours très bons, mais toujours très justes. La mise en scène est excellente, les personnages sont superbes, la réflexion que peut entraîner cet album est vraiment balèze. La morale est exceptionnelle. ‘’Qui que l’on soit, quoi que l’on fasse, quoi qu’il arrive... on n’est qu’un personnage de plus dans l’histoire d’un autre.’’ C’est tout simplement génial, je le conseille vivement.

Spoon & White 2

Sang pour sang délirant!

Spoon & White 2 À gore et à cris
Scénario de Yann et Jean Léturgie
Dessin de Simon Léturgie
Couleurs de Squad et Berd’Ach
Édité chez Dupuis
en mars 2000
I.S.B.N. 2-8001-2963-8


Cette bande dessinée est un grand classique. De ceux qui font d’une série un culte. L’histoire est bonne, une chouette parodie de films à tueurs en série, bien montée, bien faite, les dessins sont, comme toujours, excellents. Un très très bon album.

Après l’incendie

Le premier est le plus grand détective au monde. Il mène une guerre sans pitié contre le crime à Gotham City. Le deuxième est un soldat, un tueur des services secrets prêt à tout pour accomplir sa mission. Qu’arrive-t-il quand les deux se rencontrent? Nous ne le saurons jamais... parce que Michael Cray, nom de code Deathblow, est mort.

Batman / Deathblow  : Après l’incendie
Scénario de Brian Azzarello
Dessin de Lee Bermejo
Couleurs de Grant Goleash et Jose Villarubia
Traduction de Khaled Tadil
Édité chez Panini Comics
en janvier 2009
I.S.B.N. 978-2-8094-0571-2


L’histoire est géniale. Un fond de complot qui donne l’impression que Gotham s’est changée en l’entièreté de l’Amérique, qui étend au maximum les limites de la ville sans pour autant montrer quelconque image de l’extérieur. C’est super bien monté, le déroulement est parfait, la mise en scène est grandiose et le tout illustré de manière vraiment superbe. Le dessin est violent, sophistiqué, fin et brutal à la fois, les couleurs sombres donnent une ambiance de pourriture des plus réussies. Un excellent album.

Greystoke la légende de Tarzan

La plus belle adaptation d’une des plus grandes légendes de tous les temps. Le chef-d’œuvre qui a révélé Christophe Lambert, magistral dans ce double rôle d’homme-singe, retrouvant son passé de Lord Anglais, en faisant redécouvrir à Andie MacDowell les paysages superbes des profondeurs de la jungle africaine et les beautés des châteaux de la campagne anglaise. Christophe Lambert a su donner au personnage de Tarzan une authenticité unique : on se prend à penser que Tarzan a réellement existé et que son destin fut exceptionnel. Il suffit de regarder Greystoke pour s’en persuader.

Greystoke la légende de Tarzan
Un film de Hugh Hudson
Avec Christophe Lambert, Andie MacDowell, Ralph Richardson, Ian Holm et James Fox
Musique de John Scott
Sortie en mars 1984
2h23min


C’est la première fois que je vois ce film, et je dois remercier grandement Alexandre Léger. Oui, je suis un grand fan de Christophe Lambert devant l’éternel, et je suis heureux de pouvoir le recommander à tout le monde. Il est super bien foutu ce film. Il est beau, il est super bien joué, la bande son est bonne, les décors sont chouettes. C’est vraiment un très bon film, et c’est la preuve que Christophe Lambert est un vrai bon acteur. Vraiment à voir, au moins avec moi que je puisse vous transmettre mon admiration.

Sláine L'aventurier

Tir Nan Og, le pays de l’éternelle jeunesse, lieu mystique pétri de mythes et de légendes. Le guerrier celte Sláine, premier roi souverain d’Irlande, et le nain Ukko, son fidèle compagnon, vont y faire les rencontres les plus variées, depuis des sorciers maléfiques ou des jeunes femmes possédées par des démons, jusqu’à l’ancêtre sanglant du football d’aujourd’hui, à mesure qu’ils exploreront ce monde en quête d’aventure.

Sláine L’aventurier L'intégrale
Scénario de Pat Mills
Dessins et couleurs de Clint Langley
Traduction de Jacques Collin
Édité chez Nickel Productions
en novembre 2011
I.S.B.N. 978-2-914420-40-2


Je suis un peu embêté. C’est une série que j’adore, c’est très beau graphiquement, c’est bête et violent, le monde comme les personnages sont géniaux, et les deux premières intégrales sont absolument géniales. Mais celle-ci. Je ne sais pas. Je la trouve un peu moins bonne. C’est très bon hein, attention, mais un peu moins que les précédentes. Mais ne soyons pas avares en compliments, c’est malgré tout excellent. Le problème vient du fait que ce n’est pas une intégrale qui raconte une aventure, ça fait plus recueil de contes, du coup, il manque le fil conducteur, et les histoires sont un chouïa trop rapides à mon goût.

Soul Eater 18

L'opération de sauvetage de Kid à l'intérieur du livre d'Eibon se poursuit. Chacun des chapitres de ce mystérieux ouvrage apporte son lot de surprises plus ou moins bonnes. Après avoir changé de sexe, notre fine équipe va devoir faire face à un horripilant personnage dont la légende remonte au XIIe siècle. Arriveront-ils à s'en débarrasser avant que Kid ne sombre définitivement dans la folie?

Soul Eater 18
D’Atsushi Ohkubo
Traduction de Fabien Vautrin et Maiko_O
Édité chez Kurokawa
en décembre 2011
I.S.B.N. 978-2-351-42690-6


Un très bon tome que celui-ci où les sept péchés capitaux sont des épreuves pour les protagonistes. C’est bien tourné, bien fichu, et le retour du "personnage horripilant" fait plaisir, parce que je l’aime bien ce personnage!!Très bon tome donc.

Invincible 6

Répondant à l’invitation d’Atom Eve, Mark part pour l’Afrique, en compagnie d’Amber, sa petite amie, au contact d’Eve, il prend conscience que deux vies s’offrent à lui : l’une normale, l’autre super-héroïque. Mais sa réflexion est interrompue par un mystérieux appel téléphonique : sa mère, Deb, est en danger, aux mains du monstrueux Angstrom Levy, le voyageur interdimensionnel.

Invincible 6 Ménage à trois
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Ryan Ottley
Couleurs de Bill Crabtree
Traduction d’Edmond Tourriol et Makma
Édité chez Delcourt
en novembre 2011
I.S.B.N. 978-2-7560-2753-1


Je suis assez mitigé sur cet album. Autant le truc avec Angstrom Levy est vraiment super, autant on va dire que les doutes de Mark sont crédibles et pas mal traités, autant, ça fait quand même très série M6. Attention, c’est bien foutu hein, mais bon... Je ne sais pas trop comment dire, mais ça me paraît un peu léger. Et le "hors série" de la fin est carrément en trop. Ça reste bien, j’aime beaucoup cette série hein, mais avec un bémol peut-être.

Étrange Noël de monsieur Jack (l')

Jack Skellington, "le roi des citrouilles", est le grand ordonnateur des festivités dans la ville d’Halloween. Fatigué, il décide de partir. C’est alors qu’il découvre par hasard la ville de Noël qui rayonne de joie et de liesse. Il rentre chez lui avec la ferme intention de contrôler la fête de Noël, et fait kidnapper le Père Noël par trois garnements. Toute la ville d’Halloween se met alors au travail pour fabriquer des cadeaux aussi horribles que terrifiants. La nuit de Noël, Jack part offrir aux enfants ses macabres cadeaux. Panique sur la ville...

L’étrange Noël de monsieur Jack
Un film de Tim Burton
Musique de Danny Elfman
Sortie en octobre 1993
1h16min


Je regarde ce film une fois par an, toujours à cette période évidemment. Là, pour bien faire mon boulot, je l’ai regardé deux fois d’affilée. Une fois en version française, et une fois en version originale. Parce que ça donne deux versions complètement différentes à mes yeux. La version française respire l’esprit de Noël, la joie, la bonnambi, alors que la version originale est super glauque et sombre. Il est évident que je préfère de loin, la version originale, mais pour une fois, la version française n’est pas mauvaise du tout. Bref, tout le monde l’a déjà vu, mais j’aime le revoir, il ne vieillit pas. Je l’aime vraiment beaucoup ce film. Excellent.

Réseau Bombyce 3 (le)

Bombyx [bon-bikss] ou Bombyce [bon-biss] n.m. (du grec bombux, ukos, ver à soie). Insecte lépidoptère. Papillon nocturne d’un genre particulièrement nuisible. Sa chenille est appelée ‘’ver à soie’’. Certaines espèces sont capables de tisser de véritables réseaux de communication. Avidement recherché par les collectionneurs, le Bombyce est malheureusement très difficile à capturer. (in Le Grand Dictionnaire Encyclopédique des Animaux)

Le réseau Bombyce 3 Stigmates
Scénario et dessin de Cecil
Couleurs de Tatto Caballero
Édité chez Les Humanoïdes Associés
en novembre 2010
I.S.B.N. 978-2-7316-1723-8


La fin de cette trilogie des plus grandioses. L’histoire est excellente, vraiment, les personnages sont parfaitement humains avec tous les côtés pénibles mais attachants, les dessins sont superbes et créent une ambiance vraiment chouette. Cette fin était la seule possible, et elle conclue vraiment bien cette histoire. J’adore. Je conseille même.

Judge 3

Hélas pour Hiro, rien ne s’est passé comme prévu... Alors que les adolescents découvrent stupéfaits, les résultats du premier vote, deux clans se forment. Pour chacun d’eux, le mot d’ordre est simple : survivre, quitte à condamner son voisin à mort! Mais le jeune garçon ne perd pas espoir et continue de tout tenter pour limiter le nombre de victimes...

Judge 3
De Yoshiki Tonogai
Traduction de David Le Quéré
Édité chez Ki-oon
en décembre 2011
I.S.B.N. 978-2-35592-335-7


Pas trop trop mal. Ça vaut toujours pas Doubt mais comme il y a un jugement, on va dire que cette série gagne un sursis, je verrai au prochain si ça vaut la peine que je continue. Ce tome est pas mal, mais je garde en tête le fait que les deux premiers n’étaient vraiment pas terribles...