jeudi 8 mars 2012

Asian classics 2

Murakawa, bras droit du chef des clans de yakuzas, est un homme froid et violent. Il accepte de partir, avec ses hommes, dans l’île d’Okinawa, pour venir en aide à un clan ‘’ami’’, en guerre avec un autre. Trahi par sa hiérarchie, il prend les armes une dernière fois pour venger son honneur.

Sonatine
Un film de Takeshi Kitano
Avec Takeshi Kitano, Aya Kokumai, Tetsu Watanabe, Masanobu Katsumura et Susumu Terajima
Musique de Joe Hisaishi
Sorti en mai 1995
1h34min


C’est un film qui en fait est très violent. Et autant la première fois que je l’avais vu, il ne m’avait pas vraiment impressionné, autant là. Je viens de me prendre une claque. Il est grandiose ce film, esthétiquement, le fond, l’histoire, le jeu d’acteur. Tout. Il est plein de belles images, plein de scènes superbes, une ellipse de génie à la fin. J’adore.
Masaki est un jeune pompiste dont l’hébétude frise l’autisme. Après une altercation avec un yakuza, il reçoit des menaces de destruction à l’encontre de la station service. Accompagné par Kazuo, il cherche nonchalamment une arme pour se protéger des gangsters.

Jugatsu
Un film de Takeshi Kitano
Avec Yûrei Yanagi, Yuriko Ishida, Gadarukanaru Taka, Dankan, Eri Fuse et Makoto Ashikawa
Musique de Joe Hisaishi
Sorti en avril 1999
1h39min


Ce film est étrange. Assez lent, il ne s’y passe pas grand-chose, et en même temps... Ben en même temps, si, il se passe énormément, c’est juste que l’affaire n’avance pas. La description du personnage est excellente dans le résumé. Il est nonchalant, et ce film est basé la dessus je pense... Je l’aime bien cela dit, et il est plein de belles images. Je ne sais pas si c’est à Kitano qu’on les doit, mais esthétiquement, c’est encore une fois super beau, malgré une mode vestimentaire des années 90...

The killing joke

One bad day. According to the grinning engine of madness and mayhem known as The Joker, that’s all that separates the sane from the psychotics. Freed once again from the confines of Arkham Asylum, he’s out to prove his deranged point. And he’s going to use Gotham City’s top cop, Commissioner Jim Gordon, and his brillant and beautiful daughter Barbara to do it. Now Batman must race to stop his archnemesis before his reign of terror claims two of the Dark Knight’s closest friends. Can he finally put an end to the cycle of bloodlust and lunacy that links these two iconic foes before it leads to its fatal conclusion? And as the horrifying origin of the Clown Prince of Crime is finally revealed, will the thin line that separates Batman’s nobility and The Joker’s insanity snap once and for all?

Batman : The killing joke
Scénario d’Alan Moore
Dessin et couleurs de Brian Bolland
Édité chez DC Comics
en mars 2008
I.S.B.N. 978-1-4012-1667-2


Je sais pas. Là, il faudrait que je trouve des mots super forts pour décrire à quel point elle est triste cette bande dessinée... Non, il faut la lire pour voir à quel point elle est balèze... Dure... Ouais, c’est ça, il est super dur cet album... Mais ça reste très beau. Sublime.

Du grunge en génétique 2

Une série de meurtres parmi les Croisés met Umma et ses amis en alerte. Est-ce l’œuvre de Siba, décidée à empêcher quiconque d’approcher ‘’l’Abomination’’? Ou bien l’assassin est-il lui-même un Croisé cherchant à éliminer la concurrence? Un accident imprévu révèle que les crimes ont été commandités par une secte. Ses membres sont forcés de s’enfuir de New York, mais Umma est déjà sur leur trace. Elle sait qu’elle devra se montrer prudente si elle veut protéger le Pénitent. Mais elle ignore que Lordy compte se dresser sur son chemin, et qu’elle est prête à faire du Vatican Bleu lui-même l’instrument de sa vengeance.

Du grunge en génétique 2 Time out
Scénario de Roberto Bayeto
Dessin et couleurs de Zalozabal
Traduction et édition chez Erko
en août 2003
I.S.B.N. 90-77001-34-4


Excellente fin. Ce tome est grandiose, tout comme le premier. Ça reste une des rares bandes dessinées où l’intrigue principale n’est pas du tout, mais alors pas du tout traitée. Enfin, on en voit un peu quand même, mais c’est tellement pas le plus important, ça dévie complètement, et naturellement, à aucun moment c’est mal foutu ou quoi, non non, on s’éloigne du but premier, on n’apprend quasi rien dessus, mais ça ne choque pas du tout. Et la dernière page. Tout simplement géniale. Un vrai plaisir ces deux albums.

Walking dead 8

Après une brève accalmie, l’horreur frappe à nouveau. Retranchés derrière les grilles de leur pénitencier, Rick et ses compagnons assistent incrédules au retour du Gouverneur, laissé pour mort lors de leur évasion de Woodbury. Rares sont ceux qui réchapperont de la lutte qui s’engage. Rick, Michonne, Tyreese, Andrea... Si vous aviez un personnage préféré, préparez-vous au pire car après cet affrontement, plus rien ne sera jamais comme avant!

Walking dead 8 Une vie de souffrance
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Charlie Adlard
Traduction d’Edmond Tourriol/Makma
Édité chez Delcourt
en avril 2009
I.S.B.N. 978-2-7560-1724-2


Oui alors en fait, ce tome aurait pu s’appeler le grand ménage. Parce qu’en effet, il y a une très nette diminution des effectifs, et c’est pas joli joli, ce ne sont en aucun cas des morts glorieuses en plus. Ce tome est génial tellement il donne envie de taper les méchants. Il est génial. Probablement le meilleur de la série jusque là. Parfait.

Asian classics 1

Azuma est un flic individualiste et taciturne qui n’hésite pas à utiliser la violence pour faire respecter la loi. Il décide de faire justice lui-même quand il découvre qu’un gang de yakuzas est responsable de la mort de son meilleur ami et du viol de sa jeune sœur.

Violent cop
Un film de Takeshi Kitano
Avec Takeshi Kitano, Maiko Kawakami, Makoto Ashikawa, Shirô Sano et Sei Hiraizumi
Musique de Daisaku Kume
Sortie en mars 1998
1h43min


"Le monde est fou"
Shinji et Masaru sont deux camarades de classe qui passent leur temps à sécher les cours. Masaru est directif, Shinji plutôt suiveur. Après une altercation avec un élève, Masaru décide de se rendre dans un club de boxe. Ironie du sort, c’est Shinji qui s’avère le plus doué, et qui décide de poursuivre une carrière professionnelle. Parallèlement, Masaru se fait une place chez les yakuzas du quartier.

Kids return
Un film de Takeshi Kitano
Avec Masanobu Ando, Ken Kaneko, Ryo Ishibashi, Atsuki Ueda et Yüko Daike
Musique de Joe Hisaishi
Sortie en mai 1996
1h47min


Super film. Je ne saurais trop qu’en dire, et à mon grand dam, il n’y a pas de citation qui le résume quand dans Violent Cop. Du coup, ben juste c’est un très bon film.

Midnighter Machine à tuer

Je sais quelles sont tes aptitudes particulières. Je vois les améliorations. Je détecte l’intense activité électrique de ton cerveau. Je sais quels gestes tu te prépares à faire. J’ai déjà mené ce combat, dans ma tête, d’un million de façons différentes. Je peux te frapper sans même que tu me voies. Je suis ce que les soldats rêvent de devenir. Je suis ce que voient les enfants quand ils se représentent la mort pour la première fois. Je suis Midnighter.

Midnighter Machine à tuer
Scénario de Garth Ennis
Dessin de Chris Sprouse, Joe Phillips, Peter Snejbjerg et Glenn Fabry
Couleurs de Randy Mayor, WildStorm FX et Jonny Rentch
Traduction de Jérémy Manesse
Édité chez Panini Comics
en juillet 2011
I.S.B.N. 978-2-8094-1941-2


Ce personnage est génial. Il est excellent. Il est méchant, il est violent, il est sadique, il est rustre… Machine à tuer est une histoire super bien montée, bien développée, tout bien comme il faut. L’autre est un peu moins bonne à mon goût, mais juste parce qu’il s’agit d’un Midnighter, ce serait un superbe conte japonais si ce nom n’était pas attaché dessus. Mais ça reste malgré tout, vraiment très bon. J’adore.

Du grunge en génétique 1

Dans un monde futur à la Brazil, mais au design plus sexy et joyeux, l’industrie du loisir est devenue l’un des piliers de la civilisation. La détentrice d’une agence artistique, Umma Kurtha, voit sa tranquillité financière menacée par la sortie par la multinationale interplanétaire Siba d’un nouveau produit, le kit CAGE (kit de Construction Animale Génétique), qui permet aux enfants de créer des êtres vivants ou des phénomènes biologiques dans leur cave. Mais faut-il croire la garantie qui assure que le kit ne peut être appliqué au matériel génétique humain? C’est pour le découvrir qu’Umma va se lancer dans une enquête qui lui mettra vite à dos la multinationale en question, mais aussi une secte, la mafia russe, divers monstres, et bien d’autres choses encore...

Du grunge en génétique 1 Révélations
Scénario de Roberto Bayeto
Dessin et couleurs de Zalozabal
Traduction et édition chez Erko
en février 2002
I.S.B.N. 90-77001-07-7


Excellente bande dessinée. Ça faisait très longtemps que je ne l’avais lue, et c’est de nouveau un plaisir, l’univers est super bon de saleté, glauquerie et ruine, les personnages sont géniaux de violence, naturel et d’un autre truc (je sais pas pourquoi, je voulais trois points, mais seulement deux sont sortis). Bref, c’est vraiment chouette, plein d’humour, un peu violent, mais pas trop, l’intrigue est très bien ficelée. J’adore.

Walking dead 7

Rick et ses compagnons ont pu échapper aux griffes du Gouverneur, le leader psychopathe de la communauté de Woodbury, située aux environs du pénitencier. Un calme relatif semble être retombé sur la petite communauté et, comme un signe d’apaisement, Rick et Lori se préparent à accueillir un heureux événement. Les liens se renforcent, les tensions s’apaisent, la vigilance baisse... C’est le moment que choisit l’horreur pour frapper à nouveau!

Walking dead 7 Dans l’œil du cyclone
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Charlie Adlard
Traduction d’Edmond Tourriol/Makma
Édité chez Delcourt
en décembre 2008
I.S.B.N. 978-2-7560-1723-5


Un moment de calme en effet. Enfin de calme. Tout est relatif, faudrait voir à pas oublier le contexte. Mais rapport aux événements précédents, oui, c’est calme, et on sent presque une sorte de joie s’installer, des bribes de bonheur? Tout ça pour être balayé d’un revers de manche d’une violence incroyable. Génial.

Daffodil 3

Daffodil 3 Le monstre
Scénario de Frédéric Brrémaud
Dessin de Giovanni Rigano
Couleurs de Paolo Lamanna
Édité chez Soleil
en août 2007
I.S.B.N. 978-2-84946-702-2


Excellente histoire. Un poil plus détaillée que les deux précédentes. Je ne sais pas si c’est la dernière, si la série est finie, mais je ne crois pas qu’ils en aient sorti d’autre depuis, et c’est dommage. D’autant plus que les dessins sont bien plus beaux dans cet album et oui, je reviens dessus, mais l’histoire est bien meilleure aussi. De loin le meilleur des trois si vous voulez mon avis, et si vous ne le voulez pas, je me demande ce que vous faites là, eheheheh.

H.P. Lovecraft’s haunt of horror

Several dooms await you in Haunt of Horror : H.P. Lovecraft. Legendary artist Richard Corben, with his trademark stylings, puts a graphic twist on some of horror master H.P. Lovecraft’s finest work. These classics have not only been retooled for the comic-book medium, but are also accompanied by Lovecraft’s original text. Be afraid, be very afraid – for you are about to be introduced to other worlds, ones ruled by eerie gods and horrors unlike any you’ve seen before.

H.P. Lovecraft’s haunt of horror
De Richard Corben
Édité chez Marvel
en novembre 2008
I.S.B.N. 978-0-7851-3287-5


Habile mariage entre la bande dessinée adaptation  et les textes originaux. C’est une bonne idée que de mettre les originaux. Déjà, parce que ça m’a permis de découvrir les travaux de Lovecraft, j’en avais toujours vu que des adaptations, et en fait, l’écriture est bonne et élégante, et puis parce que comme ça, même les lecteurs de bande dessinée peuvent se la péter à aimer de la littérature. Le travail d’adaptation est bon dans l’ensemble, il y a une histoire pour laquelle je la trouve assez maladroite, mais c’est juste parce que je suis un râleur incontesté. Excellent album cela dit.