mercredi 7 mars 2012

Archives 1939-1941

1939. Dans Detective Comics 27, un nouveau personnage costumé envahit l’imaginaire des jeunes lecteurs américains avides de super-héros à pouvoirs depuis l’apparition de Superman l’année précédente. Batman est né. Le justicier de Gotham, millionnaire oisif le jour sous l’identité de Bruce Wayne, redresseur de tort la nuit, part en guerre contre le crime et l’injustice. De nombreux vilains, parmi lesquels le Docteur LaMort ou le Moine, se dressent sur son chemin, et un jeune partenaire vient l’assister dans sa lutte sans fin contre le mal, revêtant le costume bigarré de Robin, le jeune prodige.

Batman : Archives 1939-1941
Par Bob Kane assisté de Bill Finger, Jerry Robinson, Gardner Fox, Sheldon Moldoff et George Roussos
Traduction d’Edmont Tourriol/Makma
Édité chez Semic
en janvier 2004
I.S.B.N. 2-84857-043-1


Tout d’abord, je me dois de répondre à la question que m’a posé Pierre Lahore, artiste certain et reconnu du milieu underground toulousain et souletin. Bill Finger a bien contribué à la création de Batman, le personnage, l’histoire l’aura effacé, mais il a donné l’idée de la cape et des yeux cachés dans le masque pour le côté mystérieux, il a écrit pas mal des premières histoires, Bob Kane s’est approprié, volontairement ou pas, tous les mérites, mais monsieur Finger était présent lors de la création du personnage, ainsi que sur pas mal de personnages DC Comics en fait. Voilà, ceci étant fait, revenons en à nos archives. C’est assez drôle de voir ce qu’était Batman à l’époque. Un personnage certes assez sombre, mais léger, qui fait des blagues et lutte contre des vilains, pas des méchants, des vilains assez drôles et simples. Rien à voir avec le personnage violent et sombrement triste qu’il est aujourd’hui, l’évolution est frappante et vraiment drôle à mon goût. Bref, ça fait plaisir de se replonger dans cet univers coloré qui dépareille avec la Gotham City d’aujourd’hui.

Daffodil 2

Daffodil 2 Nosferatu
Scénario de Frédéric Brrémaud
Dessin de Giovanni Rigano
Couleurs de Paolo Lamanna
Édité chez Soleil
en août 2005
I.S.B.N. 2-84946-087-7


Dans ce tome, la bataille entre vampire et armée fait rage dans la ville. Un tome très rythmé, très mouvementé, peu de répit, peu de souffle, et ça donne une impression de rapidité assez efficace. Des mouvements dans tous les sens laissent peu de temps à l’élaboration de stratégie, et là, c’est très bon, car il est rare que, dans les bandes dessinées, les personnages principaux ne soient pas des êtres supérieurement intelligents, et il est clair que là, s’ils réfléchissaient  un minimum, tant les humains que les vampires s’en sortiraient beaucoup mieux. Mais ça donne un aspect réaliste et ajoute encore à l’impression d’empressement dû à la tension. Bref, c’est très bon, et toujours graphiquement très beau. J’aime beaucoup.

Walking dead 6

Rick, Michonne et Glenn sont désormais captifs du Gouverneur, leader charismatique de la petite communauté de Woodbury. Et chaque heure qui passe les éloigne un peu plus de la certitude de revoir leurs proches, restés à l’abri, derrière les grilles du pénitencier. Mutilés et terrorisés, les prisonniers découvrent la personnalité déséquilibrée de leur tortionnaire, adepte de jeux de cirque d’un genre nouveau...

Walking dead 6 Vengeance
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Charlie Adlard
Traduction d’Edmond Tourriol/Makma
Édité chez Delcourt
en octobre 2008
I.S.B.N. 978-2-7560-1469-2


Le chapitre Woodbury atteint des sommets de violence et de folie. C’est une explication de pourquoi Rick ne pourra plus jamais accorder sa confiance à des personnes étrangères à sa communauté, et comme je le comprends. Excellent volume que celui-ci, vraiment, c’est vraiment grâce à la rencontre avec le gouverneur et ses adeptes que l’on comprend le message de la série. Excellent.

Accords & désaccords

Emmet Ray est un guitariste de jazz extrêmement doué, insouciant, coureur de jupon, doublé d’un flambeur invétéré. Mais la musique ne paie pas et Emmet aime les femmes, les belles voitures et les costumes de luxe... La solution? Conquérir Hollywood pour y trouver la gloire et surtout pour sortir de l’ombre de son idole : le grand Django Reinhardt...

Accords & désaccords
Un film de Woody Allen
Avec Sean Penn, Uma Thurman, Anthony LaPaglia et Samantha Morton
Musique de Dick Hyman
Sortie en septembre 1999
1h35min


Excellent film. Je ne sais trop qu’en dire en fait. Il est très bon. Je l’ai vu plein de fois, et je continuerai à le regarder. C’est vraiment excellent. À tel point que je sais vraiment pas quoi écrire, donc faudra se contenter de ça.

Hack/Slash 1

Hack/Slash 1 La nuit déchiquetée/La main du saigneur
Scénario de Tim Seeley
Dessin de Federica Manfredi
Couleurs de Davide Amici
Traduction de Frédéric Wetta
Édité chez Wetta WorldWide
en janvier 2006
I.S.B.N. 2-95224-26-6-6


Deux histoires dans cet album, la première, La nuit déchiquetée  est très bonne. C’est rapide, pas de longueur, pas de détail, assez violent, et graphiquement très bon, pareil pour la deuxième histoire, La main du saigneur. En fait, cette série est très bonne pour ça. C’est rapide, elle n’est pas encombrée d’explications longues, pénibles et inutiles, ça va droit au but, et j’aime beaucoup.

Daffodil 1

Addio-Colonnello est une ville lointaine, un port au-delà des océans, à des lunes des terres de Bohème! Un évènement inquiétant vient de s’y produire : Nosferatu s’est lancé à l’assaut de la ville avec tous les vampires de son comté!...

Daffodil 1 Addio-Colonnello
Scénario de Frédéric Brrémaud
Dessin de Giovanni Rigano
Couleurs de Paolo Lamanna
Édité chez Soleil
en janvier 2004
I.S.B.N. 2-84565-632-7


Ce qu’il y a de bien avec les bandes dessinées de chez Soleil, c’est que les rares fois où ce n’est pas tout pourri, c’est vraiment très bon. Assez léger, graphiquement très beau, l’histoire n’est pas une torture cérébrale, mais est suffisamment efficace pour mettre en scène correctement les personnages. Bref, j’aime bien beaucoup.


Alors, j’ai longtemps hésité à mettre cet album dans la catégorie dédicace, parce qu’il ne s’agit pas d’une dédicace de l’auteur mais de Guillaume, mon frère de poils de téton (vous ne voulez pas savoir). Et de lire ces mots, ça me rappelle la belle époque où nous étions voisins, jeunes et fous. Il me manque le p’tit Guiguit en fait...

Contagion There is no cure

A city in the throes of chaos! Gotham’s wealthiest citizens locked up in a luxury ghetto, willing to pay any price for a cure. A band of heroes desperate for a solution. A mysterious and lethal virus is unleashed on the unknowing inhabitants of Gotham City, causing excruciating pain – and ultimately death – within 48 hours of contact. Batman, Robin and Nightwing must race to contain the chaos while finding a cure – with the help of unlikely allies Azrael, Huntress, Catwoman and Poison Ivy. But can the Dark Knight and his crew stop an invisible enemy? And what happens when one of the mis infected?

Batman : Contagion there is no cure
Scénario de Chuck Dixon, Alan Grant, Dennis O’Neil, Doug Moench et Christopher Priest
Dessin de Vince Giarrano, Dick Giordano, Barry Kitson, Mike Wieringo, Jim Balent, Tommy Lee Edwards, Kelley Jones, Graham Nolan, Frank Fosco et Matt Haley
Couleurs de Demetrius Bassoukos, Pamela Rambo, Adrienne Roy, Buzz Setzer, Gloria Vasquez, Greg Wright, Ian Laughlin et James Sinclair
Édité chez DC Comics
en avril 1996
I.S.B.N. 1-56389-293-6


Dans l’esprit, ça me fait un peu penser à War games ou inversement, cette course contre la montre constante, la pression augmentant sans cesse jusqu’à atteindre un point incroyablement haut. C’est très bien fait. Car dans celui-ci, on sent le désespoir. Tous les personnages perdent l’envie de croire qu’ils peuvent gagner. Ils se battent par pur réflexe. C’est tellement bien rendu ce côté-là. J’adore ce titre, il est tellement bon, tellement puissant de tristesse, de fatigue et de rage. J’adore, vraiment, le déroulement est pas terrible, il me plait pas des masses, je dois l’avouer, mais c’est tellement bon malgré tout. Un des grands classiques de la série, sans aucun doute.

Kenshin Tsuioku hen

Kyoto, an 1863. Le gouvernement du Shogun Tokugawa, en place depuis 200 ans, vit ses derniers soubresauts. Chaque jour, des clans se révoltent et complotent, qui pour soutenir l’Empereur, qui pour assouvir ses propres ambitions. Parmi ceux-ci, il en est un dont le but est d’apporter au Japon une nouvelle ère de paix. À sa tête, Kogoro Katsura, chef des Ishin Shishi, ‘’les chevaliers à l’âme noble’’. Il rassemble des guerriers sous la bannière des Ishi Shishi et du Kihei-Tai, et les lance dans une guerre clandestine faite d’assassinats et de complots. Parmi ses assassins, il en est un surnommé Hitokiri Battosai, l’assassin à l’épée divine. Mystérieux, taciturne, ses cheveux roux cachent des yeux dont la jeunesse a disparu et dont les reflets sont aussi tristes et durs que l’acier du plus puissant katana. Son nom est entré dans la légende : Kenshin Himura, le dernier samuraï!

Kenshin Tsuioku hen
Un film de Kazuhiro Furuhashi
Musique de Taku Iwasaki
Sortie en février 1999
2h05min


Bon, et bien c’est une fin de journée dominicale, autant dire, pas vraiment rigolote, je me dis que je regarderais bien ce film, parce qu’il est beau, il est bien fait, les dessins sont chouettes, les musiques, même si c’est du romantique à deux balles, restent super efficaces et puissantes, l’histoire est belle, les personnages sont beaux, et d’un autre côté, je me dis que c’est bête parce que ce film est d’une tristesse à se pendre. Et ben voilà, je me retrouve crevé, vidé de toute envie. C’est réussi bravo. Je ne peux que conseiller ce film tant il est bon, mais d’un autre côté... Non, ça doit être moi juste... J’aime toujours autant, même si ce soir, je ne serai pas très  bavard...

Lady Vengeance

Lady Vengeance
Un film de Park Chan-wook
Avec Lee Young-ae, Choi Min-sik, Go Su-hee, Kim Bu-sen et Kim Byeong-ok
Musique de Choi Seung-hyeon, Jo Yeong-wook et Na Seok-joo
Sortie en novembre 2005
1h52min


Et voilà que se termine la trilogie Vengeance. Pour moi, celui-ci est le moins bon des trois. Attention, ça ne veut pas dire qu’il n’est pas bon, loin de là, il est excellent, mais moins bon que les deux autres, beaucoup moins violent, j’ai l’impression, mais je me rends compte maintenant que je ne peux pas vraiment juger, parce que dans celui-ci, il est surtout question de la culpabilité et de la rancœur que peuvent ressentir des parents. Je ne suis pas parent, donc je ne peux qu’imaginer. Dans Sympathy for Mr Vengeance, il était déjà question de cela, mais c’était mieux exprimé ou alors, le fait que ce soit plus personnel, axé sur un seul personnage, me permettait de m’approprier le truc, là, non. Il y a trop de personnages concernés, ou alors c’est trop rapide, je ne sais pas, mais ça me touche beaucoup moins. Ça reste malgré tout très beau, pas de doute là-dessus, esthétiquement, c’est peut-être même le plus beau.

Damien, histoire d’un diabétique

Damien, histoire d’un diabétique
Scénario du professeur A. Orsetti
Dessin et couleurs de Jacques Terpant
Édité chez Armand Colin
en janvier 1992
I.S.B.N. 2-20024025-2


Voilà. Alors pour celui-ci je ne vais pas parler de génie. Loin de là. Après, je ne suis pas certains que les auteurs soient des professionnels de la bd. Et ça se voit. Mise en scène déplorable, dessins pas terribles, scénario pourri. De plus, si c’était éducatif à l’époque, ça ne l’est quasiment plus du tout, sachant que tout a changé et que rien n’est plus pareil. Du coup, c’est tout plein d’incohérences qui me font bien marrer, tout comme les réactions qui ne sont pas du tout naturelles. Enfin, c’est assez ridicule, et pas super utile au final.

Marvel Zombies Dead days

Marvel Zombies Dead days
Scénario de Robert Kirkman
Dessin de Sean Phillips
Couleurs de June Chung
Édité chez Marvel
en juillet 2007
I.S.B.N. 7-59606-06028-3


L’intro de cette série de génie (trois bd, trois fois que j’appelle au génie, grande journée). Et oui, encore une fois c’est excellent, c’est bien écrit, bien dessiné, bien violent, bien drôle. Dommage que ce court passage n’ait pas été ajouté aux versions françaises, les non-anglophones loupent un truc plutôt super chouette.

Elekra le retour

Elle est morte, pour la millième fois il se le répète. Elle est morte dans mes bras. Et lorsque je l’ai touchée, la dernière fois où je l’ai touchée, ce n’était plus elle... Ce n’était pas elle... C’était quelque chose de froid et de vide. Elle ne peut pas être vivante...

Elektra le retour
Scénario et dessin de Frank Miller
Couleurs de Lynn Varley
Traduction de Janine Bharucha
Édité chez Comics USA
en janvier 1991
I.S.B.N. 2-87695-098-7


Comme d’habitude. Cet album, comme la grande majorité des albums de Frank Miller, est génial. Mélancolie, violence et colère sont les ambiances dominantes. On pourrait croire à un Batman joué par DareDevil en fait. C’est excellent. J’adore.

Superman/Batman : Apocalypse

Un mystérieux vaisseau venant de la Planète Krypton s’écrase sur Terre avec une très jolie fille à bord, et tout le monde veut faire sa connaissance. Superman renoue avec son passé, Batman doute de sa sincérité, Wonder Woman retrouve en elle sa façon de penser, et Darseid veut combattre une adversaire à sa taille. Mais cette courageuse jeune fille a ses propres idées, et aucune d’entre elles ne parle d’identité secrète, de cape ou de héros. Cela va l’emmener jusqu’à une bataille à mort contre Darkseid qui révélera le vrai but qu’elle est venue poursuivre sur Terre.

Superman/Batman : Apocalypse
Un film de Sam Register et Bruce Timm
Musique de John Paesano
Sortie en septembre 2010
1h15min


En fait il s’agit d’un film sur Supergirl. Il est donc pas terrible, bien que l’animation soit pas mauvaise, les graphismes pas mal du tout, l’histoire est nase, ça ne vaut rien, et oui, je dis ça parce que je suis super déçu et que je déteste la population issue de Krypton.

Resurrection of Ra’s al Ghul (the)

For centuries, the criminal mastermind known as the Demon’s Head – Ra’s al Ghul – was the terror of the civilized world. Ruling his deadly League of Assassins with an iron fist, aj Ghul manipulated mankind for his own sinister purposes while using the miraculous Lazarus Pits to restore his aging body to life time and time again. Only one man stood in the way of his quest for total domination : Batman, the hero who thwarted his plans – and stole the heart of his beloved daughter, Talia. While al Ghul’s body destroyed, Batman thought the evil has ended forever. But the Demon’s spirit lives on... and Batman and Talia’s headstrong son Damian is the new host it seeks! Now Batman and his adopted crime-fighting family, Robin and Nightwing, must race across the globe to save his son and put an end to Ra’s al Ghul’s ghoulish plot – even as Talia and a shadowy figure known as the Sensei wage war to rule in the Demon’s place!

Batman : The resurrection of Ra’s al Ghul
Scénario de Paul Dini, Grant Morrison, Peter Milligan, Fabian Nicieza et Keith Champagne
Dessin de David López, Jason Pearson, Tony S. Daniel, Freddie E. Williams II, Don Kramer/Carlos Rodriguez, Ryan Benjamin et David Baldeón
Couleurs de Trish Mulvihill, Guy Major, Studio F et John Kalisz
Édité chez DC Comics
en mai 2009
I.S.B.N. 978-1-4012-1785-3


Excellente histoire, qui reprend un peu celle du vilain Ra’s al Ghul. Tous les dessins ne sont pas supers, mais dans l’ensemble, c’est quand même très bon. L’histoire, quant à elle, est excellente du début à la fin. En fait, cet album met fin à l’aventure introduite par Batman and son, et l’histoire est super constante, toujours une sorte de tension, et de nervosité, pour finir sur une fin qui n’en est pas vraiment une... Je ne parle pas de la fin fin toute pourrie, le retour à Gotham City en avion, n’importe quoi cette scène mais bon. Excellent malgré tout!!

Old boy

Ris, tout le monde rira avec toi. Pleure, tu seras le seul à pleurer...

 Old boy
Un film de Park Chan-wook
Avec Choi Min-sik, Yoo Ji-tae, Kang Hye-jung et Ji Dae-han
Musique de Yeong-wook Jo
Sortie en septembre 2004
2h


Vous souvenez-vous de Sympathy for Mr Vengeance? Et bien ce film est le deuxième de la trilogie Vengeance. Il est pas loin d’être aussi violent. Moralement bien pire quand même. Une sorte de puissance triste habite ce film... C’est tellement beau. J’adore. Tout simplement. Par contre, comme pour le précédent, faut pas avoir envie de rigoler...

Herobear & the Kid 3

À la mort de son grand-père, Tyler reçoit en héritage un vieil ours en peluche et une montre à gousset cassée. Dès qu’il appuie sur le nez de sa peluche, celle-ci se transforme en un gigantesque ours de 3 mètres de haut baptisé Herobear et capable de voler! Embarqué sur le dos de son nouvel ami, Tyler découvre que le pouvoir implique aussi la sagesse. Face aux vicissitudes de la vie, il va apprendre à affronter ses peurs et faire triompher la justice. Mais comment vaincre l’adversité quand on est un gamin haut comme trois pommes? L’important, c’est d’y croire... Rejoignez Tyler et Herobear et replongez dans les délicieux souvenirs de votre enfance où l’amitié, le rêve et l’imagination permettent de vivre d’incroyables aventures!

Herobear & the Kid 3 L’important c’est d’y croire...
De Mike Kunkel
Traduction de Nicole Duclos
Édité chez V2O Éditions
en décembre 2006
I.S.B.N. 2-9163-2202-7


C’est beau. J’aime énormément, j’ai des frissons tellement c’est trop cool cette fin. J’adore.

Black Panther 28

Black Panther 28 Hell of a mess 1/3
Scénario de Reginald Hudlin
Dessin de Francis Portela
Couleurs de Val Staples
Édité chez Marvel
en juillet 2007
I.S.S.N. 1540-0255


Un petit chapitre qui n’est pas paru dans les reliés français de Marvel Zombies, et c’est bien dommage, parce que c’est pas mal du tout, à tendance super bien parti. Je n’ai pas les deux parties qui suivent et ça m’embête un peu parce que c’est vraiment bon. Enfin, ça rajoute un nouveau chapitre à cette série grandiose.

Herobear & the Kid 2

À la mort de son grand-père, Tyler reçoit en héritage un vieil ours en peluche et une montre à gousset cassée. D’abord déçu, il découvre bientôt le secret de ses deux objets, en apparence inutiles et désuets, mais qui vont pourtant transformer sa vie. Dès qu’il appuie sur le nez de sa peluche, celle-ci se transforme en un gigantesque ours de 3 mètres de haut : Herobear! Ensemble, ils vont devoir faire face aux challenges de la vie. Mais pour l’heure, le jeune héros et son étonnant compagnon se préparent à faire connaissance avec un bien étrange robot...

Herobear & the Kid 2 L’étrange robot
De Mike Kunkel
Traduction de Nicole Duclos
Édité chez V2O Éditions
en juin 2006
I.S.B.N. 2-91632201-9


Un tout petit peu moins bon que le premier, ce volume reste malgré tout très bien. En effet, sous des airs de brutes méchantes, j’aime bien retrouver l’âme de l’enfant que j’aurais pu être si j’avais été crédule et positif. Parce que c’est tout ce qu’apportent ces trois albums en fait. Des étoiles dans les yeux et des sourires bêtes aux lèvres. Et j’aime bien ça des fois...

Batman and son

The mysterious Talia, daughter of the archvillain Ra’s al Ghul and Batman’s one-time love, returns with a boy named Damian and claims the child is Batman’s son. Stunned, the Dark Knight takes the child in, but the boy, raised among the brutal dictates of the League of Assassins, has his own agenda. Soon, both Tim Drake, Bruce Wayne’s newly adopted heir, and Alfred, Wayne’s faithful butler, find themselves targets of this genetically perfect and very angry child. Is Damian really just a young misguided boy trying to prove himself to his father – or have long years of Talia’s indoctrination left him an operative solely designed to destroy the Batman?

Batman and son
Scénario de Grant Morrison
Dessin d’Andy Kubert et John Van Fleet
Couleurs de Guy Major, Dave Stewart et John Van Fleet
Édité chez DC Comics
en juillet 2008
I.S.B.N. 978-1-4012-1241-4


Excellent issue there. Oui oui, deux grands maîtres se rejoignent pour cette aventure excellemment écrite, superbement illustrée, magnifiquement mise en scène. Coup de chapeau pour le passage écrit romancé, bonne idée et bien illustrée par John Van Fleet qui parvient à pas paraître ridicule à côté d’un Andy Kubert au sommet de son art. J’adore.

Sympathy for Mr Vengeance

Sympathy for Mr Vengeance
Un film de Park Chan-wook
Avec Song Kang-ho, Shin Ha-kyun, Bae Du-na, Im Ji-eun et Lee Dae-yeon
Musique de Ururboo Band
Sortie en septembre 2003
2h09min


Ce doit être de très loin l’un des films les plus violents que je n’ai jamais vu. Ou comment la vie n’étant pas assez merdique, il faut que rien ne se passe bien. Alors oui, c’est très beau comme film, mais punaise, pour la bonnambi (bonnambi fém. : contraction bonne ambiance, beaucoup employé dans les rues de Bayonne et alentours) on repassera. Inutile de dire que je trouve ça génial, parce que c’est vraiment génial.

Herobear & the Kid 1

"Cette histoire, c’est celle de Tyler, un gamin crâneur confronté aux bosses et aux bleus de l’enfance. Il vient de perdre son grand-père, et il est terrifié à la perspective d’aller dans une nouvelle école et d’habiter dans une vieille et étrange maison. Et pour tout arranger, il vient de recevoir un héritage parfait, nous dit-il, pour prendre des coups. Mais la magie c’est que Tyler a surtout besoin d’un ami. À la place, il se retrouve avec un super - euh - un super-ours de trois mètres de haut qui va changer sa vie. Et cet album va changer la vôtre. C’est ça, le don de Mike Kunkel."

Herobear & the Kid 1 L’héritage
De Mike Kunkel
Traduction de Nicole Duclos
Édité chez V2O Éditions
en janvier 2006
I.S.B.N. 2-9163-2200-0


Très bon. Le début est un chouïa long à démarrer, mais une fois que c’est parti, c’est que du bonheur. Pas étonnant que le type se fasse jeter des fleurs par les plus grands. Jeph Loeb, Tim Sale, Joe Quesada, J. Scott Campbell et Terry Moore, rien que ça. Mais il mérite, je me rappelle des trois tomes, et ils sont vraiment excellents, c’est très vite lu, et ça nous replonge en enfance, une enfance de magie. Et pour ceux qui n’ont pas eu une enfance magique, et ils sont plus nombreux qu’on le croit, ben c’est toujours le moment de voir ce qu’on a raté... C’est très chouette en tout cas, le dessin est superbe qui plus est.

Spirou et Fantasio 45

Spirou et Fantasio 45 Luna fatale
Scénario de Tome
Dessin de Janry
Couleurs de Stéphane De Brecker
Édité chez Dupuis
en septembre 1995
I.S.B.N. 978-2-8001-2139-0


Ça faisait très longtemps que je n’avais pas lu cet album. En fait, je l’avais étant plus jeune puis, je l’ai égaré à mon grand dam. Et je l’aime beaucoup. Je ne suis pas super fan de Spirou habituellement, mais allez savoir pourquoi, j’aime beaucoup ce tome là. J’aime beaucoup l’histoire, le déroulement, les personnages, tout colle (contrairement à beaucoup d’autres volumes à mon goût). Bref, je l’aime beaucoup, je le relirai encore plein de fois je pense.

Marvel Zombies 3 1/4

Marvel Zombies 3 1/4
Scénario de Fred Van Lente
Dessin de Kev Walker
Couleurs de Jean-François Beaulieu
Édité chez Marvel
en décembre 2008
I.S.B.N. 7-59606-06549-3


Voilà, parce que j’ai quelques press-book de cette série aussi, alors je ne vais pas vous redonner mon avis, vous savez à quel point je trouve ça génial, mais un petit plus pour les press-books malgré tout, parce que si je n’aime pas trop le format, ben ils sont quand même en américain, et donc mieux. Voilà.